BiblioMonde

Nocturne du Chili

par Roberto Bolaño

( Livre )
Christian Bourgois
Langue d'origine : espagnol (Chili)
Traduit par Robert Amutio
mai 2002, 152 p., 15 euros

ISBN : 2267016281

« Nocturne du Chili met en scène un Chilien, critique littéraire et poète qui, le long d'une nuit d'agonie, tâche de se défendre des accusations qu'il entend et qui ne sont probablement qu'une dernière manifestation de sa conscience. Sur son lit de mort, le père Icabache revient fébrilement sur son passé.

À mesure que le récit se rapproche de notre présent, le prêtre glisse vers l'enfer, sans rien perdre de sa mégalomanie ni de son aveuglement, lesquels atteignent leur paroxysme lorsqu'il accepte de donner des cours de marxisme à Pinochet et assiste à des soirées chez Maria Canales, dont le mari, Nord-Américain, torture dans la cave des opposants au régime (anecdotes malheureusement historiques...).

Le portrait s'achève alors, à la fois ridicule et effrayant, et le personnage est enfin confronté à la "tempête de merde", son apocalypse personnelle. Le tout dans une sorte d'élan de joie et de rage.

Dans ce roman/poème en prose, mêlant vision et grotesque, l'auteur éclaire un demi-siècle d'histoire du Chili et repose une des questions qui le hantent : que peut la littérature face aux ténèbres ? » (présentation de l'éditeur)

« Entre horreur et cocasserie, rumeur et réalité, on se dit à chaque page que tout peut arriver. C'est que, peut-être, tout est déjà arrivé dans ce Chili fantomatique qui hante l'auteur comme un cauchemar halluciné. Ce pays est aussi, pour un romancier aussi follement doué que Bolaño, le lieu rêvé ou révéler les pouvoirs de la fiction - et les limites de sa consolation. » (Fabrice Gabriel, Les Inrockuptibles, 8 mai 2002)

« Sebastián Urrutia Lacroix, prêtre et critique littéraire sous le pseudonyme d'Ibacache, a croisé à ses débuts Neruda le Granpoète et vénéré Nicanor Parra. Invité par Messieurs Etniarc et Eniah (à déchiffrer à l'envers) à un tour des églises européennes, Urrutia Lacroix croise des soutanes dignes de Bernanos, avant d'inculquer à Pinochet les rudiments du marxisme en dix leçons ! La littérature couvre les cris dans un dernier épisode où le narrateur, entre deux bouchées d'empanadas, cause Ezra Pound dans les salons tandis qu'on torture au sous-sol. » (extrait d'un article de Florence Gaillard, Le Temps, 1er juin 2002)

« Il se souvient du grand critique Farewell (adieu, en anglais shakespearien) qui l'accueillit dans sa jeunesse et aimait le peloter. Il se souvient de Pablo Neruda, qui s'énerve parce que Farewell lui parle d'un poète qu'il ne connaît pas (et pour cause : il n'existe pas); et de la vision, en 1940 à Paris, d'Ernst Jünger, affirmant devant un peintre guatémaltèque dépressif qu'il devrait manger davantage. Il raconte également, dans des scènes absurdes et comiques, comment il enseigna le marxisme à Pinochet et à ses généraux, qui voulaient mieux connaître leurs ennemis.
Et il se souvient d'avoir été envoyé en Europe pour savoir comment les prêtres y luttaient contre la pollution endommageant les églises : il ne tombe que sur des curés armés de faucons qui chassent les pigeons et ensanglantent le ciel.(...)

Dernières phrases du Nocturne : "Et alors à une vitesse vertigineuse défilent les visages que j'ai admirés, les visages que j'ai aimés, haïs, enviés, méprisés. Les visages que j'ai protégés, ceux que j'ai attaqués, les visages de ceux dont je me suis défendu, les visages que j'ai cherchés vainement.
Et alors se déchaîne une tempête de merde."
L'auteur vit en Espagne et déclare que, s'il habitait au Chili, nul ne lui pardonnerait ses romans. » (extrait d'un article de Philippe Lançon, Libération, 23 mai 2002)

Ce livre est paru en espagne en 2000, sous le titre Nocturno de Chile.

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi à son financement.

 
© BiblioMonde.com