BiblioMonde

Nom sur le bout de la langue (Le)

par Pascal Quignard

( Livre )
Gallimard
Collection Folio
1995, 120 p., N°2698, 3 euros
Première édition : P. O. L. - 1993
ISBN : 2070392554

Une jeune femme promet à un homme de retenir son nom. Un jour ce nom lui fait soudain défaut. Ce défaut lui brûle les lèvres. Le désespoir la gagne.

« Histoire d'une promesse faite au diable, en échange d'un immédiat bienfait, et histoire dont l'imprudente qui a promis va s'en délivrer, c'est d'abord un conte, un vrai conte, de ceux que l'on trouve dans les collections de notre enfance. C'est aussi un conte pour adultes, car ce qui est en général à lire entre les mots dans ceux qui lui ont servi de modèle est ici violemment sensible, ou présent, affleure sans cesse à la surface du récit : si l'enjeu de la promesse est l'âme de celle qui doit la tenir, il est aussi son corps. Le texte du conte se place sous le signe de cette double possession, il en redouble l'intensité.
Mais le prétexte, à savoir le souvenir que l'héroïne doit absolument garder d'un nom qui va devenir « le nom sur le bout de la langue », ce prétexte élargit le conte médiéval aux dimensions d'une réflexion sur la langue, son défaut. Réflexion qui alimente la dernière partie du livre en un « petit traité » où Pascal Quignard plonge à la fois dans sa biographie et dans notre culture pour analyser ces moments de stupéfaction où nous disparaissons dans le mystère de la langue. » (présentation des éditions POL)

« Le nom, donc, se dérobe, à la mémoire, à la parole, à l'écriture. Il se perd. Il est toujours déjà perdu. Le masque de Méduse, "bouche ouverte sur le langage perdu", figure de Femme et de Mère, est le symbole de cette perte. Sidéré, médusé, l'écrivain cherche ce mot qui lui brûle les lèvres : "Toute parole cherche à joindre quelque chose qui lui échappe." Dans le Petit Traité, Quignard affirme que le conte qui précède recèle son "secret", secret renvoyant à une période de mutisme - la seconde - qu'il traversa à l'âge de seize ans. Nous n'en saurons pas plus, intimité ne signifiant pas indiscrétion ou impudeur.

Au-delà, ou au cœur de cette problématique qui fait se rencontrer la littérature et son identité, le désir de l'écrivain et sa défaillance, ce petit livre - grave, tendu, souvent très beau - pose une question qui regarde directement Pascal Quignard, ses ouvrages passés et à venir.

"C'est cet étincellement du regard déserté qui se lève et qui cherche. Je suis voué à cet étincellement, à l'érection de ce visage sevré du langage." » (extrait d'un article de Patrick Kéchichian, Le Monde, 3 Mai 1993)

Télécharger les premières pages en pdf.

Commander l'édition originale chez POL : 12,04 €

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com