BiblioMonde

Nous ne verrons jamais Vukovar

par Louise Lambrichs

( Livre )
Philippe Rey
2005, 475 p., 23 euros

ISBN : 2848760273

Un livre mêlant journal intime, philosophie de l'histoire et polémique intellectuelle, Louise L. Lambrichs revient sur les non-dits du conflit serbo-croate. L'auteure tente de comprendre ce qui s'est passé et se passe actuellement dans les Balkans et dénonce les ravages de l'idéologie du nettoyage ethnique.

Une critique implacable et juste de la dictature de Milosevic, de son idéologie guerrière et des complaisances dont ce régime a bénéficié, mais l'auteure se montre quelque peu indulgente pour la Croatie dont le régime, s'il a fait bien moins de victimes, a été tenté par une dérive similaire.

« Il y a une quinzaine d’années, débutait à notre porte une guerre effroyable. La Serbie, portée par une idéologie paranoïaque récurrente dans son histoire, livrait à la Croatie, puis à la Bosnie et enfin au Kosovo une guerre sans merci : guerre de conquête mais tout autant guerre de déportation et d’extermination de masse qui aboutit au génocide d’une partie du peuple bosniaque. Au cœur de l’Europe.

Pendant ces années de guerre avait cours ici, en France, une "lecture officielle" du conflit. Cette lecture aveugle, renvoyant dos à dos agresseurs et agressés, ne permettait pas de comprendre ce qui se produisait là-bas. Elle laissait, ici, la plupart d'entre nous en proie à une sorte de désarroi qui ne s'est pas vraiment dissipé. Quinze années se sont écoulées : 250 000 personnes ont été exterminées ou sont portées disparues, l'Otan a mis fin à la guerre en bombardant Belgrade, Milosevic est jugé devant le TPI de La Haye … et l'extrême droite nationaliste est en passe de reprendre le pouvoir en Serbie. Pourtant, ici, rien n'a changé dans notre manière de percevoir cette guerre. La même incrédulité règne dans nos têtes comme si, au fond, il ne s'était rien passé là-bas qui eût le moindre sens. La "lecture officielle" défendue par nos dirigeants jusqu'en 1995 aurait-elle fini par s'imposer à nous ?

L'histoire officielle évoque-t-elle une "guerre tribale" ? L'auteur pointe au contraire les ravages de l'idéologie du nettoyage ethnique cultivée en Serbie depuis le XIXe siècle; l'histoire officielle célèbre-t-elle "le courage héroïque du peuple serbe pendant la deuxième guerre mondiale" ? L'auteur découvre, et nous avec elle, la banalité d'un état collaborant avec l'occupant nazi et participant à sa manière à l'extermination des Juifs. L'histoire officielle glorifie-t-elle la générosité de la France pendant la guerre en ex-Yougoslavie ? L'auteur nous montre au contraire une complicité criminelle avec l'agresseur, jugé aujourd'hui pour génocide.

Un livre tout entier tourné vers la mise au jour, on pourrait dire l'exhumation, de dénis collectifs liés à l'histoire officielle des peuples. Cet ouvrage reprend et amplifie considérablement le propos développé par l'auteur dans Le cas Handke : Conversation à bâtons rompus
édité en octobre 2003. » (présentation de l'éditeur)

« Il s’agirait de (...) distinguer clairement les bourreaux des victimes. De croiser les témoignages, de déconstruire les idéologies. L’auteur du « Journal d’Hannah » et du « Cas Handke » expérimente la forme novatrice du monologue dialogué. Des interruptions, des mots coupés donnent à ce texte quelque chose de haletant qui surprend, qui force à réfléchir. A l’école, son institutrice avait surnommé Louise L. Lambrichs "grain de sel". » (extrait d'un article de Catherine David, Le Nouvel Observateur, 24 février 2005)

Dans BiblioMonde

Notre dossier sur la Croatie

Notre dossier sur la Serbie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com