BiblioMonde

Orchidées rouges de Shanghaï (Les)

par Juliette Morillot

( Livre )
Presses de la Cité
Collection Sud lointain
2001, 504 p., 19.82 euros

ISBN : 225805690X

Un roman qui évoque la tragédie des « femmes de réconfort », ces Coréennes enlevées par l'armée japonaise pour alimenter les bordels.

« En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule à la sortie de l'école. Enlevée par des soldats japonais, elle est embarquée avec des dizaines d'autres Coréennes à destination de la Mandchourie. Enrôlée de force dans l'unité des "femmes de réconfort", elle connaîtra l'enfer des maisons closes que l'armée nippone a installées dans l'Asie à feu et à sang. Une force de caractère hors du commun, l'espoir de retrouver la trace d'un père français inconnu et une merveilleuse et impossible passion pour un officier japonais permettent à Sangmi de résister à son terrible sort. De Séoul à Shanghaï, de Singapour à Hiroshima, le destin bouleversant d'une femme à travers la tourmente de la conquête japonaise de l'Asie. » (présentation de l'éditeur)

« Je trouve que l'histoire de ces femmes est complètement méconnue. L'on parle beaucoup de ce qui c'est passé en Allemagne, mais lorsque les choses se passent à l'autre bout du monde, sur des yeux bridés, il y a un côté occidental qui fait qu'on y pense moins. Cela nous touche très peu, ce qui est d'autant plus scandaleux, c'est un drame qui est non seulement complètement méconnu, mais nié par les Japonais. (…)

Je me suis inspirée de [la vie d’une femme rencontrée par hasard], des histoires d'amour qu'elle a vécu pour en faire un roman. L'histoire de mon personnage se termine bien mieux qu'elle qui finit mendiante dans un marché de Séoul. J'ai recueilli d'autres témoignages, j'ai fait beaucoup de recherches qui m'ont permis de romancer. J'ai même rencontré l'autre partie, c'est-à-dire des anciens soldats japonais qui étaient en Thaïlande pour retourner sur les bases de leur passé. La plupart d'entre eux n'avaient jamais évoqué ce sujet, ceux qui ont encore le poids de la conscience préfèrent se livrer. J'ai eu le témoignage d'un infirmier à l'unité 231, qui était l'unité d'expérimentation biologique en Chine, il m'a raconté les horreurs qui étaient commises sur les Chinois et les Coréens. Le passage dans le livre avec le soldat Kamikaze qui venait toujours payer sa passe et finalement s'asseyait pour pleurer en évoquant ses parents, est une histoire vraie que m'a racontée Sangmi. » (extrait d’un entretien avec l’auteur, Delirium)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.




 
© BiblioMonde.com