BiblioMonde

Passeport pour Séoul

par Patrick Maurus

( Livre )
Actes Sud
Collection Domaine coréen
2002, 232 p., 18.9 euros

ISBN : 2742738142

Une visite guidée de Séoul : Après une présentation de la ville, de son histoire, de ses quartiers, de ses (rares) monuments et des lieux où flâner, faire des courses, dîner, prendre un verre, on entre dans la partie littéraire de l'ouvrage. Les nouvelles, poèmes et récits proposés dans ce recueil sont signés des meilleurs écrivains contemporains et marqués par les thèmes de l'urbanisation sauvage, la difficulté de trouver un logement, la spéculation, l'horreur de l'anonymat, la désagrégation de la cellule familiale... Il sont traduits du coréen par Patrick Maurus, Ch'oe Yun et Ki Min-Mong. Malgré tout, l'appartenance à la capitale suscite une certaine fierté et cimente une identité particulière, dont les écrivains se font l'écho.

« Aux yeux d’un Occidental, Séoul n’est ni une ville de charme ni un haut lieu du tourisme, ni une de ces métropoles modernes que le cinéma ou les livres de voyage nous ont préalablement rendues familières. La langue qu’on y parle, et qui s’inscrit sur ses enseignes, nous est énigmatique. La ville expose quelques richesses, mais en dissimule bien d’autres. Pour découvrir Séoul, pour la comprendre, il vaut mieux user de ce singulier sauf-conduit : la littérature. Telle est la voie qu’adopte ce "Passeport". A mi-chemin entre guide de voyage et anthologie littéraire, le visiteur y trouvera autant d’informations subjectives que de renseignements d’ordre pratique. Dire Séoul, la raconter, c’est d’abord évoquer, par le poème, par la nouvelle, les sentiments mêlés que suscitent le gigantisme urbain, le dynamisme immobilier et démographique, la cherté de la vie. Mais c’est aussi décrire les échappatoires, les pratiques sociales ou religieuses, l’évolution des relations hommes-femmes. Révéler, donc, dans les interstices de la promenade touristique, cette vérité immatérielle : comment les Séouliens vivent leur ville. » (présentation de l’éditeur)

« L'approche est subjective - y compris celle de Patrick Maurus qui, dans une introduction en forme de promenade, évite l'écueil de l'énumération pour inciter à la déambulation anthropologique. Il n'y a pas de vraie Séoul à découvrir derrière un gratte-ciel, écrit-il : Séoul est gigantesque et ce gigantisme fait partie de son identité, mais "il y a à la fois dans Séoul une agglomération et une cité". La première est tentaculaire, la seconde, dont le plan est caché, parfois effacé par la "rage bétonneuse", est à retrouver au fil des pas. Comme Tokyo, cette ville en perpétuel changement, se vit dans le détail, dans les failles, dans les interstices, dans ce constant passage de l'intime du quartier à l'anonymat de la mégalopole. Aux évocations du Séoul historique, et notamment un beau texte des années 1920 de Hyon Chin-gon sur l'alcool, s'ajoutent ceux d'écrivains contemporains dont plusieurs romancières, comme Ch'oe Yun qui offre une jolie promenade dans les ruelles de l'enfance, et des poèmes de Ch'oe Sungho qui a fait de Séoul une source de mythologie urbaine. » (extrait d’un article de Philippe Pons , Le Monde, 30 mai 2002 )

Lire des extraits

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com