BiblioMonde

La Passion de la Cilicie 1919-1922

par

( Livre )
Cercle d’écrits caucasiens
2004, 418 p., 29.5 euros
Première édition : 1954
ISBN : 2913564151

L’accord Sykes-Picot de mai 1916 partageait entre Anglais, Français et Russes l’empire ottoman gouverné par les Jeunes-Turcs allié de l’Allemagne, Autriche-hongrie et Bulgarie. À l’armistice, ce partage eut lieu, mais les Russes en furent exclus, les bolchévicks au pouvoir ayant signé une paix séparée en mars 1918.

Entre autres régions, la Cilicie revint à la France qui y avait une longue tradition depuis le XIIe siècle et bénéficiait de la sympathie et du soutien des Arméniens. Mais dès la fin de la guerre, les vieilles rivalités franco-britanniques refirent surface. Acharnés à vouloir rester maîtres du jeu, les Anglais ne tardèrent pas à trahir leurs alliés d’hier, français et arabes, et à s’aboucher avec les vaincus turcs qu’ils s’étaient pourtant jurés de punir pour l’extermination des Arméniens. Alors que depuis le début les Français avaient la maîtrise totale du terrain avec des troupes relativement réduites mais commandées par des officiers supérieurs comme le général d’Armée Julien Dufieux, le général Andréa, le colonel Romieu, le colonel Gracy de la Hayrie, le colonel Bremond, la France, trahie aussi par certains des siens qui intriguaient avec les kémalistes, dut évacuer dans des conditions tragiques la Cilicie pour laquelle des milliers des soldats français et des volontaires arméniens de la Légion d’Orient avaient héroïquement versé leur sang.

C’est cette épopée de la reconquête de la Cilicie puis de son abandon que Paul du Véou, capitaine dans la Légion d’Orient, relate avec la véracité d’un témoin oculaire et un rare talent d’historien. (...) Ce témoignage dense, régulièrement mis à contribution pour des thèses de doctorat, retrace aussi le genèse du mouvement kémaliste, héritier direct du régime jeune-turc, qui bénéficia des trahisons dont furent victimes Français, Arméniens et Grecs, et éclaire magistralement l’imbroglio et la violence dans lesquels le Proche-Orient se trouve encore aujourd’hui. À un moment crucial pour l’Europe, il constitue une mise en garde pour tous ceux qui refusent le « Rapt de l’Europe » et qui veulent continuer à y vivre dans la paix et la liberté. (présentation de l'éditeur)

L’auteur, Paul de Rémusat du Véou descend d’une lignée dont les origines remontent à 1138. Décédé en 1963, il était décoré de la Croix de Guerre, médaillé de la Résistance (il mit sur pied et dirigea le réseau « Henri-Paul » au sein du mouvement de résistance « Combat » animé par Henri Frenay), chevalier de l’Ordre de Danebrog, chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, chevalier de la Couronne de Roumanie et médaillé de la campagne Syrie-Cilicie.


Dans BiblioMonde

Portrait d'Arménie : un reportage photographique en Cilicie par un abbé normand Gabriel Bretocq (1918-1922)

La France en Cilicie et en Haute-Mésopotamie : Aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l'Irak (1919-1933)

Notre dossier sur la Turquie

Notre dossier sur l’Arménie


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com