BiblioMonde

Passion pour l’Algérie, les moines de Tibhirine

par John W. Kiser

( Livre )
Nouvelle Cité
Langue d'origine : anglais (États-Unis)
Traduit par Henry Quinson
2006, 512 p., 28 euros

Collection : Récit - ISBN : 2853134989

L’histoire des sept moines trappistes de l’abbaye de Tibhirine (Notre-Dame-de-l’Atlas) (Willaya de Médéa en Algérie), enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 par des terroristes du GIA et assassinés après 56 jours de détention. Une enquête approfondie par un historien américain qui évoque aussi la dimension spirituelle de du drame.

Au printemps 1996, des militants du GIA (Groupe islamique armé, aujourd’hui affilié aux réseaux d’Al Qaïda d’Oussama Ben Laden) font irruption dans un monastère trappiste en Algérie, pays déchiré par la guerre civile, et prennent sept moines en otages, monnaies d’échange dans une sordide négociation en vue de libérer des terroristes prisonniers. Deux mois plus tard, les têtes des moines égorgés sont découvertes dans des circonstances qui demeurent encore obscures aujourd’hui. Leurs corps ne seront jamais retrouvés.

Le village de Tibhirine s’était développé autour du monastère parce qu’il était un lieu de paix et de fraternité entre musulmans et chrétiens. Mais, à partir de 1993, la junte militaire algérienne amplifiait sa guerre contre le terrorisme islamiste. Dès lors, le napalm, les hélicoptères et les bombardements commencèrent à faire partie du paysage de cette vie monastique bien réglée : la violence qui engloutissait l’Algérie se rapprochait de plus en plus du cloître isolé sur les hauteurs des montagnes de l’Atlas.

L’harmonie entre ces chrétiens et leurs voisins musulmans tranche avec la peur et la méfiance qui règnent partout dans le pays entre les Algériens eux-mêmes, engagés dans une lutte politique sans merci autour de la question de leur identité musulmane. Au cœur de cette histoire d’enlèvement et de désintégration de l’Algérie, le lecteur découvre des réalités méconnues : beaucoup d’Algériens musulmans sont morts pour avoir refusé, eux aussi, de cautionner la violence; une réelle fraternité interreligieuse se vivait dans la région musulmane la plus conservatrice d’Algérie, celle de Médéa.

Pourquoi et par qui les moines de Tibhirine ont-ils été assassinés ? Accusés de prosélytisme dans un document signé du GIA, leur attitude pacifique gênait en fait les « éradicateurs » des deux camps. Dans un pays où prêcher l’Evangile aux musulmans est interdit, le monastère de Tibhirine offre paradoxalement une fenêtre exceptionnelle sur cette Algérie des « extrêmes » : ceux qui tuent en invoquant le Coran, et ceux qui donnent leur vie, eux aussi, au nom de Dieu.

Fidèles jusqu’au bout à un peuple en quête d’espérance, les frères de Tibhirine furent progressivement entraînés vers le martyre par amour de leurs voisins, refusant d’abandonner ces derniers à l’heure de leur plus grande détresse. Dans ce geste, ils ont rejoint toutes les victimes innocentes et inconnues auxquelles ce livre rend hommage.

Ce livre est paru en 2002 aux États-Unis sous le titre The Monks of Tibhirine : faith, love and terror in Algeria. Il a été traduit en français par Henry Quinson, franco-américain vivant à Marseille qui a séjourné 6 ans au monastère de Tamié, dont étaient issus deux des sept moines de Tibhirine.

Sur la Toile

Le site de l’auteur consacré au livre (angl.)

Le site du traducteur (fr.)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com