BiblioMonde

La Poésie du Brésil, anthologie du XVIe au XXe siècle

par Max de Carvalho (direction de l'ouvrage)

( Livre )
Chandeigne
Collection Lusitane
Langue d'origine : portugais (Brésil)
Traduit par Max de Carvalho, assisté de Magali Montagné et de Françoise Beaucamp
2012, 1510 p., 42 euros

ISBN : 978-2915540918

Aucune anthologie de poésie brésilienne traduite en français n’était disponible en librairie. La Poésie du Brésil est venu combler ce vide avec pour ambition d’offrir le premier panorama jamais donné à lire au lecteur français. En effet, elle embrasse près de quatre siècles de création poétique, depuis les mythes amérindiens et les productions jésuites du XVIe siècle jusqu’aux textes de poètes nés juste avant 1940.

Ce sont au total plus de 130 auteurs que le lecteur, au fil des quelque 1500 pages de ce florilège, pourra découvrir ou redécouvrir en version bilingue. Mais plus qu’une anthologie, cette composition est une invitation à un voyage sensoriel, à la célébration d’une démesure propre au Brésil. C’est une brassée de poèmes rythmée par la splendeur des paysages, un catalogue
émerveillé exaltant la saveur de l’Île Brésil à travers ses fruits, sa flore, sa faune, sa toponymie scandée de noms indiens, etc. Autant de preuves que le poète du Brésil serait condamné à laisser transparaître, même malgré lui, ce vertige des sens et cette exubérance de la nature. Ce voyage en poésie brésilienne est aussi ponctué par des thèmes récurrents, tels le chant du sabiá, oiseau emblématique, l’intraduisible saudade, les
nuits peuplées d’apparitions, de mules-sans-tête ou d’autres créatures fantastiques héritées des légendes portugaises, indiennes et africaines, etc. Le panorama proposé ici s’articule autour de six grandes périodes de la poésie au Brésil. Il offre aussi un appareil critique succinct, comprenant pour chacune de ces périodes une présentation, pour chaque poète une notice biobibliographique et, pour certains poèmes, un bref commentaire.

Tour du Brésil en combien de jours, en combien de villes, de pages, de plages de silence, de poètes et de poèmes ? Tour du Brésil que pourraient idéalement accompagner les vers du GWBR de Jorge de Lima, du nom de la ligne de chemin de fer Great Western Brazilian Railway dont le train nous emporte à
travers les distances des sertões de haute enfance, scandant à notre oreille la mélodie locomotive du tortillard qui traverse la Bachiana n°2 d’Heitor Villa Lobos.

Présentation Max de Carvalho Wyzuj, poète et traducteur

 
© BiblioMonde.com