BiblioMonde

Pratique des langues romanes

par

( Livre )
Harmattan (L')
1997, 285 p., 24.39 euros

ISBN : 2738456170

Espagnol, français, italien, portugais et roumain (sous-titre)

Auteurs : Sanda Reinheimer et Liliane Tasmowski

« Ce livre s'adresse à ceux qui, ayant une formation de base en linguistique, seraient désireux d'en tirer profit pour accéder de manière raisonnée à la connaissance de cinq langues modernes dérivées du latin, l'espagnol, le français, l'italien, le portugais et le roumain. De ce point de vue, l'ouvrage constitue une introduction aux structures phonétiques, phonologiques, morphologiques et lexicales des langues romanes. Les auteurs ont voulu concilier descriptions diachroniques et descriptions synchroniques, de sorte qu'à chaque instant les faits traités se décodent à la fois par confrontation des langues entre elles et par rapport à leur point d'origine commun, à la manière d'un éventail qui se déploie. En fin de compte, cette présentation devrait fournir une passerelle de la théorie à la pratique. » (présentation de l'éditeur)

« "Quand un ver vert rampe vers un verre vert, tous les vers verts rampent vers des verres verts", et si dans la foulée, "Cendrillon perd sa chaussure de vair", il s'ensuit un fameux grouillement de (VER) ! A l'oral, le français doit se débrouiller avec un nombre assez effarant d'homonymes. De plus, à l'oral toujours, le français ne conjugue presque pas ses verbes - (SURI), si ce n'est pas un ordre, est-ce une mimique de moi, de toi, de lui, ou d'elle(s), ou d'eux ? faut-il entendre "souris !" ou "(je/tu/il/elle/eux/elles) souri... ?" -, le français ne distingue pas dans ses noms le singulier du pluriel - "une" ou "plusieurs souris dans le placard", peu importe ! -, le français ne reconnaît pas le féminin - "(la) souris" - du masculin - "(le)" vieux "souris", et en outre, il lui arrive d'avoir des formes identiques pour les verbes et les noms - "eh bien, souris, comment vas-tu ?" "souris-moi donc !" Comment une langue peut-elle être ainsi ? Le français est une des multiples formes que le latin a prises, peut-être bien la plus excentrique de toutes. C'est du latin qui a évolué selon certaines règles, et la connaissance de ces règles permet de comprendre ce qui en est. Mieux, la connaissance de ces règles mène à la découverte de parents proches, dont nous ne considérons ici que le portugais, l'espagnol, l'italien et le roumain. Avec un peu de patience, l'apprenti-linguiste arrivera à saisir ce vieil air de famille, et il pourra lui-même trouver le parcours qui mène de "hodie non pluit" (latin) à "hodie non plouet" (latin vulgaire) et de là au portugais "hoje nao chove", à l'espagnol "hoy no llueve", à l'italien "oggi non piove" et au roumain "astazi nu ploua" c'est-à-dire à "aujourd'hui il ne pleut pas". Du moins, nous l'espérons... » (les auteurs)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com