BiblioMonde

La première traversée du Sahara en autochenille

par Ariane Audouin-Dubreuil

( Livre )
Glénat
Collection La bibliothéque des explorateurs
2008, 287 p., 15 euros

ISBN : 978-2723465816

Le 17 décembre 1922, André Citroën lance sur les pistes chamelières de Tombouctou une flottille d'autochenilles. Pour la première fois, des automobiles partant d'Algérie atteignent les rives du Niger à Tombouctou. L'auteure prend la voie de son père, pour un récit à la première personne.

À cette époque on peut traverser le Sahara à dos de chameau de Touggourt à Tombouctou, mais il faut compter six mois pour effectuer le voyage, dont le parcours est semé de dangers. En 1911, « l'aérosable », invention du commandant La Fargue qui permet de rouler et de survoler à basse altitude les dunes, est utilisé pour une mission scientifique dans le nord algérien. Cette expérience sera suivie par la mission Saoura-Tidikelt en 1919, expédition à caractère militaire accomplie sur un circuit englobant les postes du sud algérien entre Colomb-Béchar, In-Salah et Alger. Sept automobiles qui restent en liaison avec trois avions Farman, parcourent ainsi 2 800 km à travers le Grand Erg Occidental, franchissant le massif de l'Ahnet : Tombouctou n'e st plus désormais qu'à 800 km. Après la mort tragique du Général Laperrine dans le Tanezrouft, l'armée française renonce aux expéditions transsahariennes. C'est alors que André Citroën décide de relever le défi, envisage la traversée du Sahara au moyen « d'engins nouveaux, résistants, économiques et rapides ».

En janvier 1921, un service spécial est créé chez Citroën pour préparer la traversée de Touggourt à Tombouctou. La mission sera réalisée à bord de véhicules munis de chenilles Kégresse sous le double commandement de Georges-Marie Haardt et Louis Audouin-Dubreuil. Ariane Audouin-Dubreuil, fille du commandant de la mission, nous livre le récit passionnant de la Première traversée du Sahara en automobile, depuis les premiers essais en 1921, les missions de reconnaissance et de ravitaillement de Kidal à Tin-Zaouaten au nord du Soudan, jusqu'à l'accomplissement réussi de l'expédition en 1923 lorsque les autochenilles Citroën franchissent le Tidikelt, le Mouydir, les gorges de l'Arak, le Hoggar, le Tanezrouft et le désert soudanais avant de rallier Tombouctou sur les rives du fleuve Niger, vingt jours seulement après le départ de Touggourt. L'auteur restitue dans toute sa réalité c ette épopée saharienne grâce aux archives inédites léguées par son père. Elle évoque les conditions extrêmes de l'expédition, les passages rendus dangereux par la présence dans certains secteurs de rezzi marocains et libyens, ainsi que les buts précis de la mission : établir une liaison nord-sud entre l'Algérie et l'Afrique occidentale en créant une piste automobile, étudier une route aérienne avec des postes d'escale et des terrains d'atterrissage, tracer une route pour un chemin de fer transsaharien, rendre compte des conditions de vie des peuples du désert.

Sur la Toile

La traversée du Sahara : 1922-1923 sur le site de Citroën

 
© BiblioMonde.com