BiblioMonde

Presse francophone en Méditerranée (La)

par Gilles Kraemer

( Livre )
Maisonneuve et Larose
2001, 275 p.

ISBN 2706815698

L'auteur s'interroge sur la place d'une soixantaine de quotidiens et d’hebdomadaires francophones d’Afrique du Nord, d’Égypte et du Liban.

Ces titres « appartiennent parfois à l'État, parfois à un parti politique ou à un ordre religieux, à des investisseurs privés - militaires, hommes d'affaire, collectifs de journalistes. Il n'existe jamais de véritable "indépendance" puisque souvent leur propriétaire cultive des liens "flous et souterrains" avec le pouvoir, et que la majorité se définit dans son rapport au pouvoir. Même si, progressivement, les combats militants d'hier ont cédé le pas aux combats économiques et sociétaux, "plus porteur", écrit Gilles Kreamer.  (extrait d'un article de Florence Amalou, Le Monde, 23 mai 2002)

« Reprenant l’essentiel d’une thèse de doctorat sur le thème Géopolitique de la presse francophone en Méditerranée, précédemment soutenue par l’auteur, l’ouvrage fourmille d’informations précieuses sur ladite presse : son histoire et son présent, ses fonctions et ses problèmes. L’auteur, qui souligne l’éclosion des nombreux journaux en français en dehors de l’Hexagone à partir de la fin du XVIIIe siècle, notamment en Turquie et en Égypte, ne s’interroge pas seulement sur la persistance des vieux titres francophones, quatre décennies après la décolonisation, comme Le Petit Marocain créé en 1920 et rebaptisé en 1971 Le Matin du Sahara et du Maghreb au Maroc, La Presse en Tunisie, Le progrès égyptien en Égypte et L’Orient-Le Jour au Liban (…). À en croire Gilles Kraemer, qui cite plusieurs rédacteurs en chef de cette presse, la survie et le développement des titres en français dans les anciennes possessions de la France, serait imputable, avant tout, à l’existence d’une très influente élite plus apte à manier la langue de Molière qu’à comprendre celle de Moutanabi. Beaucoup des responsables de ces journaux pensent également que le fait de publier en français, langue qui n’est pas accessible au grand public, leur permet de transgresser les tabous politiques et sociaux dans leurs sociétés respectives et de bénéficier, le cas échéant, de la "solidarité internationale" de leurs confrères occidentaux. » (Abdallah Ben Ali, Maroc Hebdo, 2002)

« Se basant sur des monographies d’étudiants, sur des statistiques nombreuses, sur l’étude fouillée du Père Salim Abou sur les francophones, sur ses entrevues avec les rédacteurs en chef notamment de La Revue du Liban, de L’Orient Le Jour et Magazine, Gilles Kraemer porte une vision objective de la réalité journalistique francophone au Liban. Constatant qu’il y a un élément identitaire dans la pratique du français et que la majorité de la presse francophone est chrétienne, il relève que le marché des jeunes reste à conquérir au Liban (et pas seulement parmi les chrétiens). En effet, 50 % des titres francophones achetés aujourd’hui n’existaient pas en 1989. Ils représentent, pratiquement, le tiers des publications nationales, notamment avec l’éclosion des magazines mensuels. "Ils sont surtout des supports de publicités et leur projet éditorial demeure assez maigre, essentiellement orienté vers une cible spécifique de consommateurs fortunés… Leurs tirages oscillent entre 3 000 et 7 000 exemplaires". » (La Revue du Liban, 16 novembre 2001)

Préface de Paul Balta

Dans BiblioMonde

Trois siècles de presse francophone dans le monde du même auteur

Dictionnaire français-arabe de la presse et des médias

Le Dictionnaire quadrilingue de la presse et des médias : 1100 termes définis dans les quatre langues latines : français, portugais, italien, espagnol.

Bibliographie sur l’histoire de la presse

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi à son financement.

 
© BiblioMonde.com