BiblioMonde

Prison n° 5 (La)

par Mehdi Zana

( Livre )
Arléa
Langue d'origine : kurde
janvier 1995, 128 p., 12.96 euros

Préface : Élie Wiesel - Postface : Kendal Nezan - ISBN : 286959223X

« Figure de proue du mouvement démocrate kurde, Mehdi Zana a passé onze années consécutives dans les geôles turques. De 1980 à 1991, il note les interrogatoires, les tortures quotidiennes, les transferts, les révoltes, les répressions violentes, le sadisme des geôliers et la solidarité des détenus dans les diverses prisons - notamment la redoutable prison no 5 - où il est incarcéré. L'épouvante nous est contée dans une langue simple, noble, qui confère grandeur et dignité à ce témoignage. Le talent est évident. On est loin de la langue de bois des textes militants. L'auteur, en outre, expose clairement le problème des Kurdes de Turquie, tel qu'il fut traité, ou escamoté, de Mustafa Kemal à nos jours. » (présentation de l'éditeur)

« L'ancien maire de Diyarbakir, Mehdi Zana, qui au total passa quinze ans dans les geôles turques pour délit d'opinion, décrit dans son poignant témoignage La Prison n° 5 certains de ces procédés, en particulier celui consistant à faire subir au prisonnier les pires tortures avant la visite d'une délégation étrangère ou une comparution devant le tribunal, et obtenir qu'il affirme devant eux n'avoir subi aucune pression physique ou psychologique. Au moindre écart, le coupable est châtié avec une extrême sévérité. » (Kendal Nezan, Libération, 7 juin 1999).

« Les conditions de détention des prisonniers kurdes, les tortures barbares qui leur sont infligées laissent le lecteur tout simplement incrédule. Lesquelles citer ? Les bastonnades, les privations de nourriture et de sommeil, les fils électriques branchés sur le sexe et l'anus, ces chiens dressés pour mordre les parties intimes des détenus, ou encore les matraques enfoncées dans le rectum... ?

"Ils ne cherchent pas à nous tuer, ils dosent les tortures pour atteindre le degré extrême de ce que nous pouvons supporter", écrit Mehdi Zana. Mais jusqu'où vont les limites du "supportable" ? Trois mille huit cent quarante personnes sont mortes sous la torture ou lors d'"exécutions extra-judiciaires" durant les deux dernières années, selon le quotidien turc Milliyet, cité par le Prix Nobel de littérature Elie Wiesel, qui a préfacé l'ouvrage. Certains se sont eux-même donné la mort pour échapper à cet enfer, tel Remzi Aytur, qui a laissé ce mot : "J'aime la vie, mais pas pour subir ce supplice. Je renonce donc à ce que j'aime le plus : c'est ainsi que je proteste. Je souhaite bon courage à mes compagnons."
Le 12 mai 1994, Mehdi Zana a de nouveau été écroué à la prison d'Ankara, et condamné à quatre ans de réclusion pour avoir témoigné devant le Parlement européen. Son épouse, Leyla Zana, et sept autres ex-députés d'origine kurde, ont été condamnés le 8 décembre 1994 par la Cour de sûreté de l'Etat à quinze années de prison pour "séparatisme". » (extrait d'un article de Mouna Naïm, Le Monde, 25 janvier 1995)

Dans BiblioMonde

Öcalan et le PKK : Les mutations de la question kurde en Turquie et au Moyen-Orient

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi à son financement.

 
© BiblioMonde.com