BiblioMonde

Problématique de l'alternance politique au Togo (La)

par Fulbert Sassou Attisso

( Livre )
Harmattan (L')
Collection Études africaines
2001, 176 p., 14.5 euros

ISBN : 2747506495

De tous les chefs d'État actuellement en fonction, le général Eyadéma est, après Fidel Castro, de Cuba (1959), le plus ancien. Saisi du pouvoir à la faveur de deux pronunciamientos (janvier 1963 - avril 1967) concoctés par la France, il sera unanimement contesté par le peuple togolais qui rua dans les brancards le 5 octobre 1990 contre son régime d'oppression et de « non-développement ». Pourtant, plus d'une décennie après le ras-le-bol de la rue, expression de reniement du général et du rejet de la dictature comme forme d'organisation politique au Togo, les aspirations du peuple à un nouvel ordre politique sont toujours étouffées. La résistance du pouvoir désavoué à la volonté de changement n'est pas tant ce qui explique le statu quo que les errements et les erreurs d'une avant-garde qui, non seulement, n'a pas de conception claire de la lutte mais surtout, ne crée pas les conditions de l'alternance. Les calculs politiciens et les batailles pour l'occupation et le contrôle du pouvoir ont relégué à l'arrière plan les vrais problèmes.

Pour que l'alternance politique devienne une réalité au Togo, il est impérieux que l'opposition rompe avec la religion des élections et engage avec la partie présidentielle un vrai dialogue, confiné dans l'esprit de favoriser l'érection d'une démocratie prenant en compte le passif R.P.T. et qui ne lèse aucun bord ni personne. Ce livre tente de circonscrire les écueils sur le chemin de l'alternance démocratique et de proposer une méthode qui peut rendre possible le changement, pas seulement dans le pays d'Eyadéma mais partout ailleurs en Afrique où l'accouchement de la démocratie se fait au forceps.



« Comment se débarrasser d’un dictateur ? Concernant le général Eyadéma, Fulbert Sassou Attisso, journaliste togolais, rejette à la fois la lutte armée, le soulèvement populaire, et la seule union des mouvements d’opposition. La première solution est dépassée depuis la fin de la guerre froide. Ancré dans l’axe européen, du côté du fameux "pré carré" français, le Togo n’a pas fait ce choix, du temps où cette configuration était encore possible. En 1990, le soulèvement populaire qui a suivi la Conférence nationale n’a conduit qu’au multipartisme, sans l’avènement d’une réelle démocratie, malgré une ouverture politique incontestable. Mais, l’union des forces d’opposition ne saurait non plus, à elle seule, l’emporter face à la détermination d’une classe politique qui contrôle tous les rouages de l’État. L’auteur examine alors la voie d’un compromis avec l’ensemble des acteurs au pouvoir, y compris l’armée. Focaliser les négociations sur la seule tenue d’élections transparentes est insuffisant quand il s’agit de refonder un pays, après plus trente ans de dictature. » (Florence Santos Da Silva, extrait du Monde Diplomatique, décembre 2001)

Dans BiblioMonde


Avril 2005, le choix volé des Togolais

Le Togo, de l'esclavage au libéralisme mafieux : pour comprendre les événements actuels

Le Togo une présentation très classique

Omer Adoté, un martyr politique du Togo

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com