BiblioMonde

Radeau de pierre (Le)

par José Saramago

( Livre )
Le Seuil
Collection Cadre vert
Langue d'origine : portugais
Traduit par Claude Fages
1990, 312 p., 24.39 euros

ISBN : 2020115417

L’auteur imagine que la péninsule Ibérique se détache du continent pour dériver dans l’Atlantique, d’abord vers l’Ouest, puis finalement, selon un tropisme qui lui est plus naturel, vers le Sud. Cette parabole, où une histoire d’amour se joue entre plusieurs personnages, est l’occasion d’une réflexion géopolitique de la part d’un auteur méfiant envers la construction européenne et plus encore plus à l’égard de l’Amérique du Nord. C’est aussi l’occasion d’ironiser sur les hautes autorités politiques.

« Le Radeau de pierre fut pris par de nombreux lecteurs pour un roman contre l’Europe communautaire. D’une part, ce roman, où je sépare la péninsule ibérique de l’Europe, est l’effet tardif d’un ressentiment historique dont je me suis fait l’écho. Je crois que seul un Portugais pouvait écrire un tel livre. D’autre part, et tel que je vois les choses aujourd’hui, Le Radeau s’est proposé d’être comme un remorqueur qui entraînerait l’Europe, et l’Europe tout entière, vers le Sud, qui l’éloignerait des ambitions triomphalistes et hégémonistes du Nord, et qui la rendrait solidaire des peuples exploités du Tiers Monde. Bref, l’Europe en tant qu’éthique, dès lors que l’ingénuité de l’écrivain peut en arriver à de telles extrémités en cette fin de millénaire… » (Jorgé Saramago, extrait d’un entretien avec le Magazine littéraire, 2000)

« Ce roman au ton prophétique est évidemment une forte parabole politique.À la suite d'un cataclysme, la péninsule Ibérique tout entière se détache de l'Europe et se met à dériver comme un "radeau de pierre" le long de l'océan. Elle va se heurter aux Açores, puis, suivant le sens contraire des aiguilles d'une montre, se met à décrire un périple inattendu avant de filer vers le sud, vers une Afrique qui lui est proche, pour s'arrêter on ne sait quand ni où. Tous ces événements sont vus par le regard de quatre personnages qui vont vivre une extraordinaire histoire d'amour. » (Librairie portugaise)

« Récit picaresque s'il en est, Le Radeau de pierre nous présente une étrange catastrophe - ou peut-être un miracle ? - et ses ondes de choc, nombreuses et imprévisibles, mêlant souvent la farce au tragique. Au départ, tout semble normal : les chiens aboient, un homme lance une pierre. Les personnages eux-mêmes paraissent tout à fait ordinaires. Il suffira d'un instant pour que tout bascule, pour que l'étrange sinon le magique ne colore leurs aventures. Parce que nos héros vivent cette expérience comme un rêve, leurs histoires personnelles rencontre amoureuse - coup de foudre - prennent un ton joyeux et poétique. » (extrait de Stoneraft.nl)

« Il y avait dans cette parabole la fantaisie et la féconde imagination de l'écrivain, et surtout la pensée du communiste, de l'anti-européen convaincu qu'il est. Observateur ironique et critique de la vision consensuelle d'une "communauté" qui existe plus dans le désir et les calculs de fonctionnaires européens que dans la réalité, Saramago exprimait cependant un peu plus que ses propres opinions. » (Patrick Kéchichian, Le Monde, 10 octobre 1998)

Ce roman est paru en 1987 à Lisbonne sous le titre Janganda de pedra, il a été traduit en français par Geneviève Leibrich.
L’édition de poche


Sur la Toile

Le film du cinéaste d’origine neerlandaise Georges Sluizer (La balsa de piedra, 2002, 1h43) tiré du roman de Saramago.

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com