BiblioMonde

Religions et lien social : L'Église et l'État moderne en Haïti

par Laënnec Hurbon

( Livre )
Cerf (Éditions du)
Collection Sciences humaines et religions
2004, 317 p., 33 euros

ISBN : 2204072427

Quelle est la nature de l'État qui émerge après la lutte pour l'indépendance menée par les esclaves insurgés de Saint-Domingue de 1791 à 1804 ? Quel rôle l'Eglise catholique remplit-elle dans la construction et dans l'évolution ultérieure de cet État ? Quelles transformations l'Église va-t-elle connaître dans le contexte de luttes à rebondissements pour la démocratie ouvert depuis 1986 ? Grâce à des enquêtes approfondies, menées sur le terrain depuis plusieurs années, et à une recherche alliant l'histoire à la sociologie et à la philosophie politique Laënnec Hurbon met en lumière la fonction des religions en compétition en Haïti depuis la Conquête et la période esclavagiste (catholicisme, protestantisme et vaudou) dans la constitution du lien social. Cette recherche montre que la laïcité de l'État est un réquisit indispensable à l'établissement d'un système démocratique. En aidant à penser la crise théologico-politique que traverse encore de nos jours la société haïtienne, cet ouvrage nous offre une base solide pour comprendre les sources du régime anarcho-populiste construit en Haïti autour de « la Famille », sur le modèle d'une Cosa nostra.

« Haïti connaît un vide institutionnel et une perte du lien social. L’Église catholique, qui dès le temps de l’esclavage, assurait ce lien à la place de l’État, a contribué à son affaiblissement. Elle en est la victime, son rôle dans la société s’amenuisant au profit d’une laïcisation ou d’autres instances religieuses. Le paradoxe est que c’est la lutte pour la démocratisation, à laquelle l’Église a contribué, qui a induit cette évolution. Telle est l’analyse de Laënnec Hurbon, sociologue haïtien, spécialiste des rapports entre religion, culture et politique. Pour l’auteur, l’histoire d’Haïti est traversée par la difficulté à reconnaître le principe d’égalité entre tous les citoyens. L’enseignement notamment, longtemps dans des mains religieuses, justifiait idéologiquement l’inégalité. Après la chute de Duvalier, "l’expérience démocratique met fin à deux rôles fondamentaux de l’Église" : la prise en charge de la question sociale et le contrôle de la culture et de l’éducation. Personne n’a pris le relais, si ce n’est, en partie, les associations. D’autant que le populisme d’Aristide a éclipsé les institutions intermédiaires. Rien ne permet donc encore d’assurer un "vivre-ensemble quelconque" ». (André Linard, Le Monde diplomatique, octobre 2004).

Dans BiblioMonde

Misère, religion et politique en Haïti, Diabolisation et mal politique : Ce livre étudie les différents courants religieux (vaudou, catholicisme, protestantisme classique, pentecôtismes y compris renouveau charismatique, etc.) qui traversent la société haïtienne.

Religions et lien social : L'Église et l'État moderne en Haïti

Religions et politique en Haïti, 1804-1990

Notre dossier sur Haïti (BiblioMonde)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com