BiblioMonde

Rue du Prolétaire rouge

par Nina Kéhayan, Jean Kéhayan

( Livre )
L'Aube
Collection Aube poche
2007, 228 p., 9.5 euros
Première édition : Le Seuil - 1978
ISBN : 978-2752603647

Un couple de communistes français raconte sa vie quotidienne à Moscou de 1972 à 1974. Un témoignage qui a connu un certain succès à sa parution en France, en 1978, et qui a participé à la remise en question du modèle soviétique au sein même du PCF.

Tout a commencé par une histoire d’amour pour un pays, pour un peuple. Communistes français, Nina et Jean Kéhayan sont partis travailler en URSS, au service du PCUS, de 1972 à 1974. Pendant sept cents jours, avec leurs deux jeunes enfants, ils ont partagé intensément la vie quotidienne des Soviétiques.
Revenus en France, ils ont voulu témoigner : la course folle aux produits de toutes sortes, la paupérisation sexuelle, l’alcoolisme, l’enfance livrée à la propagande, le parti-réducteur-de-têtes… mais aussi l’autodéfense individuelle et puis encore, lointaines, colorées, vivaces, les terres de Russie, de Géorgie, d’Arménie.

« Pourquoi rééditer, près de trente ans plus tard, le livre de Nina et Jean Kéhayan, Rue du Prolétaire rouge ? Tout simplement parce qu’il y a des ouvrages qui ont contribué à faire événement. Et l’événement en l’occurrence a été la dénonciation des mensonges colportés depuis des décennies par le parti communiste français sur la vraie nature de l’Union soviétique. » (Jacques Amalric, auteur de l'avant-propos, 2007)



« Pour y aller, c'est très simple. Tu prends le métro à Kirov, après Marx tu changes à Place-de-la-Révolution, tu descends à Maïakovski, puis laissant derrière toi l'hôtel Pékin, tu longes la ceinture des jardins sur le trottoir qui fait face à l'ambassade du Chili, et tu tournes à gauche dans la rue du Prolétaire rouge, celle qui se trouve avant le théâtre de marionnettes d'Obreztsov. Impossible de te tromper. Il n'y a qu'un restaurant. » Un restaurant de Moscou. Les touristes n'y mettent jamais les pieds. On est ici entre Soviétiques, et l'on peut parler à cœur ouvert. Dans le calme. Le juke-box, en panne, ne risque pas de couvrir les voix.

Travaillant en URSS au service du PCUS, Nina et Jean Kéhayan s'y rendent à la moindre occasion pour discuter avec des Russes, des Arméniens, des Juifs des Ouzbeks et tant d'autres ...
Communistes français, ils partagèrent intensément la vie quotidienne des Soviétiques. Pendant sept cents jours. Avec leurs deux enfants. Aujourd'hui, préoccupés de l'enjeu démocratique en France, ils témoignent. La course folle aux produits de toutes sortes, la paupérisation sexuelle, I'alcoolisme, I'enfance livrée à la propagande, le parti-rébucteur-de-têtes ... mais aussi l'autodéfense individuelle ... et, lointaines, colorées, vivaces, les terres de Russie, de Géorgie, d'Arménie ...
Leur livre impose une vision sans précédent de l'Union soviétique. Pourtant, tout avait commencé pour eux par une histoire d'amour pour un pays, pour un peuple. » (commentaires de 1978)


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com