BiblioMonde

Tahiti : L'Eden à l'épreuve de la photographie

par Jean-Yves Tréhin

( Livre )
Gallimard
Collection Art et artistes
2003, 207 p., 45 euros

ISBN : 2070117715

Une histoire de la photographie à Tahiti et dans les Îles (1859-1940) : 200 tirages originaux sélectionnés par l'un des grands collectionneurs privés de photos anciennes.

Les premières épreuves photographiques de la Polynésie sont très rares, la plupart des clichés sont l'œuvre au début de médecins ou d'officiers de marine - Gustave Viaud, Paul-Émile Miot -, affectés temporairement dans les - îles ou simplement de passage lors d'une escale. Puis viennent des professionnels - Eugène Courret, Charles et Susan Hoare, Charles Georges Spitz, Lucien Gauthier -, et nombre d'amateurs de talent, tels Henri Lemasson et Jules Agostini, qui font connaître cet éden et leurs habitants, pêcheurs et vahinés, chefs coutumiers et colons. Dans les années 1930, sous le regard de Roger Parry et de Thérèse Le Prat, cette vision du paradis se décale, laissant entrevoir une réalité souvent plus sombre, tandis que le peintre Henri Matisse se contente de ce qu'il appelle modestement des "photographies-souvenirs"; il les gardera pourtant, et certaines renaîtront dans son œuvre peinte, tant il a "absorbé comme une éponge cet univers magique de l'Océanie, unique au monde"

« "Je me laisse doucement bercer sous l'ombrage des cocotiers et des lianes. Je passe ainsi une ou deux heures à penser à toutes choses. Ma vie est monotone, elle l'est parce que je le désire, et telle qu'elle est, elle me plaît infiniment...", écrit à sa famille Gustave Viaud, chirurgien de la marine et frère de l'écrivain Pierre Loti, en 1861. Il est alors l'un des premiers Occidentaux à photographier les paysages et habitants de Tahiti. Lieu qui, dans l'imaginaire de ses contemporains, occupe un espace particulier où se projettent leurs fantasmes d'un monde originel et de liberté, encore éloigné du mal. La reine de Bora Bora, des trous d'eau paradisiaques, des vahinés nues ou en "robes mission" (ces vêtements imposés par les missionnaires pour cacher le corps des "naturelles")... Viaud, puis à sa suite une dizaine d'autres photographes (jusqu'à Matisse, venu chercher la lumière, "un gobelet d'or profond"), sont présents dans cet ouvrage, qui renouvelle, à rebours, avec ses images noir et blanc et sépia la vision habituelle des mers du Sud, si colorée depuis Gauguin. » (Fédérique Fanchette, Libération, 20 novembre 2003)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com