BiblioMonde

Taksim - Chypre divisée

par Étienne Copeaux, Claire Mauss-Copeaux

( Livre )
Ædelsa
2005, 240 p., 22 euros

ISBN : 2915033072

Une approche du conflit chypriote à partir d’une enquête de 10 ans menée dans le nord de l’île

À Chypre, indépendante depuis 1960, l'agressivité des mouvements nationalistes importés de Turquie et de Grèce a abouti à des affrontements interethniques, à la séparation des communautés orthodoxe et musulmane, enfin à une tentative de coup d'État pro-grec suivie d'une intervention armée turque qui a accompli le partage (taksim) de l'île en 1974.
Environ un tiers des Chypriotes ont subi un ou plusieurs exodes forcés et le tissu social de l'île a été détruit. Dix ans d'enquête parmi la population turque disent le malheur de la déchirure comme les craintes et les espérances de ceux qui tentent de reconstruire une mémoire commune.

Ce livre apporte un éclairage nouveau sur l'interminable « question chypriote », sur laquelle achoppe la candidature turque à l'Union européenne.

« Les auteurs se sont rendus plusieurs fois à Chypre, se promenant dans des villages plus ou moins reculés, interrogeant les acteurs aussi, d’ailleurs souvent spectateurs impuissants. Le résultat est un livre intimiste, inclassable. S’il y a peut-être un seul reproche à lui faire c’est justement cette absence de genre. Il s’agit d’un mélange – salutaire – d’histoire orale, de sociologie des comportements et de livre de voyage où les auteurs sont très présents. Le lecteur les suit pas à pas et partage aussi bien leurs observations que leurs émotions. Le style est journalistique lorsqu’il s’agit de relater les rencontres, mêlé à une rigueur de sociologue lorsqu’il s’agit d’interpréter les réponses données, recourrant aux méthodes d’histoire orale et à celles du temps présent lorsque est évoqué passé lointain ou récent.

La méthode de l’enquête s’affine et s’adapte tout au long de l’ouvrage. Tantôt il s’agit d’une observation “fermée” où les auteurs feignent d’être touristes amateurs de vieilles pierres, tantôt ils sont en confidence avec les interlocuteurs devenus amis au fil des années, tantôt, enfin, ils laissent voir leur qualité d’historiens en réitérant leurs questions auprès de divers interlocuteurs. Les entretiens, menés sans questionnaire et sans enregistrements1, se transforment vite en conversation où les intervieweurs sont à leur tour questionnés.

Le livre s’articule autour de quatre parties, chacune donnant une cohérence d’ensemble au texte. La première partie, historique, retrace les différentes étapes de la naissance de la "Question chypriote" : une île de taille moyenne dans une région clé de la "question d’Orient" où les constructions nationales ont toujours été violentes et qui abrite deux groupes à forte conscience identitaire que sont les Grecs orthodoxes et les Turcs musulmans, sans compter les différentes petites minorités comme les Maronites ou le "jeu international" pour la domination de la région.

Les auteurs excellent dans l’analyse du nationalisme, un nationalisme qui se construit grâce au nationalisme d’en face et qui devient vite exclusiviste. Cette construction est décrite et analysée, certes rapidement mais avec des éléments peu connus. Le chapitre nous donne toutes les clés pour comprendre comment deux groupes qui ont su conserver leur particularismes pendant des siècles tout en partageant le même espace de vie se sont finalement dirigés vers la séparation, symbolisée par enosis ("union" [avec la Grèce] chez les Grecs) et taksim ("partage" chez les Turcs). Il est à la fois étonnant de constater qu’enosis n’a pas été réalisé suite à l’intervention turque et que taksim l’a été de facto grâce à la même intervention; au résultat, c’est toutefois la population turque de l’île qui se retrouve isolée et plus que frustrée. » (extrait d’un article de Samim Akgönül, Cemoti, février 2006)

Dans BiblioMonde

Nicosie, zone morte visite du no man's land séparant deux parties de la capitale de Chypre.

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com