BiblioMonde

Temps des chemises vertes (Le)

par Robert O. Paxton

( Livre )
Le Seuil
Collection Univers historique
Langue d'origine : anglais (États Unis)
1996, 312 p., 24.7 euros

ISBN : 2020209497

Révoltes paysannes et fascisme rural (1929-1939)

Le leader paysan Henri d'Halluin, dit Henry Dorgères, et ses sections d'assaut, les « Chemises vertes »

Le présent ouvrage est un travail original, de première main, fruit d'une recherche de plusieurs années et qui comble un trou de notre historiographie : l'analyse des milieux ruraux dans la crise des années trente et leur radicalisation contre l'Etat républicain. Robert Paxton ne s'est pas contenté d'une description. Il a voulu replacer l'épisode des Chemises vertes dans la problématique générale du fascisme français. Ce "fascisme au village" traduit, non pas un mouvement politique global, mais l'idéologie et la nostalgie d'une "nation paysanne" dont les valeurs sont en tout point opposées à celles de la modernité urbaine. Du même coup, Henry Dorgères, dont nous suivons ici la carrière, est plus représentatif des campagnes françaises que l'histoire assez brève de son mouvement ne le laisse supposer.

« On peut se demander pourquoi Robert Paxton, historien américain, a consacré tant d'années à fouiller dans les archives pour pousser plus loin, avec la rigueur et la finesse qu'on lui connaît, l'analyse de ce mouvement qui, sans avoir été un feu de paille, s'est retrouvé, à la veille de la guerre, lâché par les gros propriétaires terriens (menés de main de maître par Jacques Le Roy Ladurie, père d'un autre historien connu) et a dû laisser la place à la Jeunesse agricole chrétienne, JAC, autrement dit à l'actuelle FNSEA.

La raison en est simple : l'exception française. Aux yeux des observateurs étrangers, ce pays reste encore aujourd'hui spécialement hanté par le mythe de la "nation paysanne". Voilà pourquoi les agriculteurs ne sont pas encore devenus chez nous un lobby comme les autres, même si le logo "pétrole vert" a remplacé le slogan dorgériste "haut les fourches !". Poussés par les organisations agricoles - et aujourd'hui de plus radicales, ou de plus désespérées, taillent des croupières à la FNSEA -, les élus locaux et nationaux continuent à pleurer la "désertification" du territoire - là où Paxton rappelle que le mythe américain est, à l'opposé, fasciné par les Grands espaces vierges. Même filtré par la démocratie-chrétienne, c'est, au fond, un héritage du patron des Chemises vertes. Car ce leader populiste - on en a connu d'autres, depuis - ne se fit entendre que parce que, selon une formule à scandale, "il posait mal de bonnes questions". Au fait, aujourd'hui, où sont les bonnes questions ? » (extrait d’un article de Pascal Ory, Lire, 1996)

« Pourquoi ce schéma ne s'est-il pas reproduit en France où les mêmes ingrédients se trouvaient réunis : une paysannerie qui, dans l'économie et la démographie, joue un rôle considérable, et une crise agricole qui parvient à réveiller dans des provinces conservatrices de l'Ouest du pays, calmes depuis la fin de la Révolution, une agitation exploitée par un mouvement de masse d'extrême droite ? Pour Robert Paxton, les causes de cet insuccès sont multiples : elles tiennent à l'enracinement de la "République au village", chère à Maurice Aghulon, qui confine le dorgérisme à certaines zones géographiques, à l'ouest et au nord. Elle tiennent également à la solide implantation des notables français, laquelle leur permet de résister, mieux que leurs homologues allemands ou italiens, à la grande crise même si certains, comme Jacques Le Roy Ladurie, qui, avant de rejoindre le maquis, a été ministre de l'Agriculture du maréchal Pétain, seront tentés, un temps, par le dorgèrisme. Enfin, elles tiennent à l'intervention de l'Etat gouvernement de Front populaire compris , lequel protège les grands propriétaires contre les grèves et fait, au besoin, donner la troupe. "Volontaires des moissons" contre grèves agricoles, projets de contenir la "ceinture rouge" par une "ceinture verte" deviennent sans objet dès lors que gendarmerie et militaires suffisent à maintenir l'ordre dans les campagnes... » (extrait d’un article de Nicolas Weil, Le Monde, 25 Octobre 1996)

Sur la Toile

Une critique de l'ouvrage dans Ruralia

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com