BiblioMonde

Torture dans la République

par Pierre Vidal-Naquet

( Livre )
Minuit (de)
Collection Documents
1998, 19.5 euros
Première édition : 1972
ISBN : 2707316571

L’auteur analyse le mécanisme qui conduit de l'institutionnalisation de la torture entre 1954 et 1962, paroxysme de l'oppression de l'homme par l'homme, au totalitarisme.

La torture a été officiellement abolie en France en 1788. La Révolution n'en usa pas, ni l'Empire. En 1959, pourtant, quatre étudiants portaient plainte à Paris, pour avoir subi la question des mains de policiers en service, rue des Saussaies, à deux pas de l'Élysée. Encore ne représentaient-ils qu'un cas parmi les milliers qu'on aurait découverts au même instant dans ces départements français que formait alors l'Algérie. Comment en était-on arrivé là ? Historien, Pierre Vidal-Naquet est animé d'une passion, celle de la justice. Il démonte ici la logique d'un système qui, une fois mis - ou plutôt remis - en marche, est bien difficile à bloquer. Comme il paraît tentant en effet, lorsqu'on est persuadé d'avoir raison, d'user de sa force pour écraser le « rebelle » désarmé ! Raison d'État. C'est précisément contre cette forme de régression que les hommes ont inventé le droit. On voit dès lors où se situe le combat véritable, et comment, même gagnées, les « batailles d'Alger » sont toujours des défaites.

« En 1962 il y a eu la révélation publique de la torture d’État avec la déposition du capitaine Estoup au procès du lieutenant Godot, qui, comme des centaines de ses camarades, avait reçu l’ordre de torturer. Cela n’a pas "pris", pas plus que la résurgence de la question de la torture en 1971-1972, lors des "aveux" de Massu et compagnie. Pour que cela finisse par "prendre", il a fallu toute une série de procès : Barbie (mais où étaient les Français ?), Touvier (mais où étaient les miliciens de 1954 à 1962 ?) puis finalement Papon : le président du tribunal a été assez large pour admettre que l’on parle aussi du 17 octobre 1961. Je suis persuadé que c’est le procès Papon qui a fait qu’on s’est mis à reparler de la torture. Ce retour tardif est en partie le fait de la stratégie de brouillage de Jacques Vergès lors du procès Barbie. » (Pierre Vidal-Naquet, extrait d’un entretien avec la revue Vacarme, septembre 2001)

Dans BiblioMonde



La Raison d'État

D’autres livres sur la torture pendant la guerre d’Algérie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com