BiblioMonde

Tristes tropiques

par Claude Lévi-Strauss

( Livre )
Presses de la Cité
Collection Pocket
2001, 504 p., 7.2 euros
Première édition : Terre Humaine chez Plon - 1955
Série : Terre Humaine - ISBN : 2266119826

L'une des œuvres de sciences humaines les plus fameuses du XXe siècle. Ce livre est celui qui a le plus contribué à la popularité de son auteur, c'est aussi le deuxième titre d'une collection, Terre Humaine, qui reste une des plus fameuses.

L’ethnologue raconte ses voyages à l'intérieur de la forêt amazonienne (Brésil), à la rencontre de peuplades dont il s'efforce de restituer le système économique et l'organisation sociale, les modes de vie et de pensée, les coutumes et les croyances, en particulier celle des indiens Nambikwara.

Pourquoi et comment devient-on ethnologue ? Comment les aventures de l'explorateur et les recherches du savant s'intègrent-elles et forment-elles l'expérience propre à l'ethnologue ? C'est à ces questions que l'auteur, philosophe et moraliste autant qu'ethnographe, s'est efforcé de répondre en confrontant ses souvenirs parfois anciens, et se rapportant aussi bien à l'Asie qu'à l'Amérique.

Plus encore qu'un livre de voyage, il s'agit cette fois d'un livre sur le voyage. Sans renoncer aux détails pittoresques offerts par les sociétés indigènes du Brésil central, dont il a partagé l'existence et qui comptent parmi les plus primitives du globe, l'auteur entreprend, au cours d'une autobiographie intellectuelle, de situer celle-ci dans une perspective plus vaste : rapports entre l'Ancien et le Nouveau Monde; place de l'homme dans la nature ; sens de la civilisation et du progrès.

Claude Lévi-Strauss souhaite ainsi renouer avec la tradition du « voyage philosophique » illustrée par la littérature depuis le XVIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle, c'est-à-dire avant qu'une austérité scientifique mal comprise d'une part, le goût impudique du sensationnel de l'autre n'aient fait oublier qu'on court le monde, d'abord, à la recherche de soi.

« L'ensemble des coutumes d'un peuple est toujours marqué par un style; elles forment des systèmes. Je suis persuadé que ces systèmes n'existent pas en nombre illimité, et que les sociétés humaines comme les individus -dans leurs jeux, leurs rêves ou leurs délires -ne créent jamais de façon absolue, mais se bornent à choisir certaines combinaisons dans un répertoire idéal qu'il serait possible de reconstituer. En faisant l'inventaire de toutes les coutumes observées, de toutes celles imaginées dans les mythes, celles aussi évoquées dans les jeux des enfants et des adultes, les rêves des individus sains ou malades et les conduites psycho-pathologiques, on parviendrait à dresser une sorte de tableau périodique comme celui des éléments chimiques, où toutes les coutumes réelles ou simplement possibles apparaîtraient groupées en familles, et où nous n'aurions plus qu'à reconnaître celles que les sociétés ont adoptées. » (Tristes Tropiques, p.203).

Dans BiblioMonde

Les photos de l'expédition : Saudades do Brasil

Souvenirs : Loin du Brésil

Un large choix des œuvres de l'anthropologue : Oeuvres





 
© BiblioMonde.com