BiblioMonde

Turquie-Europe, une relation ambiguë

par Hasan Basri Elmas

( Livre )
Syllepse
Collection Points cardinaux
janvier 1998, 240 p., 21.34 euros

ISBN : 2-907993-72-0

« Hasan Basri Elmas prend le contre-pied de l'analyse commune qui voit en la Turquie un État démocratique perfectible, parce qu'attaché à l'Europe. Il décrit une puissance régionale à l'économie dynamique, plaçant ses intérêts régionaux au-dessus de tout. (...) L'auteur montre comment les successeurs d'Atatürk ont petit à petit liquidé l'héritage laïque du père de la Turquie moderne, au profit d'une idéologie turco-islamiste, ciment de l'unité nationale. De ce point de vue, l'expulsion récente des islamistes du pouvoir, par les militaires, n'est pas une réaction " laïque ", mais un geste d'autodéfense pour conserver le pouvoir. » (extrait d'un article de Michel Verrier, Le Monde Diplomatique, avril 1998)

« Depuis l’intervention directe des conquérants ottomans dans la politique européenne au XVe siècle et la participation de l’Empire aux jeux d’alliances en Europe, l’Empire ottoman fait partie intégrante de l’histoire européenne. À l’heure où la Turquie n’a jamais été si proche de l’Union européenne, la distance politique et culturelle entre elle et ses partenaires occidentaux se fait de plus en plus criante. Le décalage qui s’est progressivement installé par les choix de ses dirigeants en matière de politique intérieure a créé les obstacles majeurs à son intégration complète à l’Europe. La Turquie n’en a jamais été à la fois si proche et si éloignée. » (présentation de l'éditeur)

«H.B. Elmas ne se contente pas de retracer l'histoire des relations entre la Turquie et la Communauté devenue Union Européenne. Il s'attache bien davantage à expliquer les ambiguïtés d'une relation qui ont abouti à ce que l'Etat associé à l'UE depuis le plus longtemps (1963) a été exclu du prochain élargissement. Le déficit démocratique et notamment le contrôle des institutions par les militaires, la question de Chypre et des relations avec la Grèce constituent les obstacles politiques majeurs d'une adhésion de la Turquie à l'UE. L'état de l'économie turque ne lui permet pas non plus une intégration dans le marché unique. La poursuite d'une croissance démographique non absorbée par le marché du travail et les turbulences politiques ainsi que le conflit kurde entraînent la continuation d'une forte émigration perçue négativement par les Etats-membres de l'UE. L'auteur montre ainsi que les dirigeants turcs, tout comme leurs homologues ouest-européens n'ont véritablement cherché à développer que les seules relations commerciales UE-Turquie, comme en témoigne l'Union douanière (1996).H.B. Elmas ne se contente pas de retracer l'histoire des relations entre la Turquie et la Communauté devenue Union Européenne. Il s'attache bien davantage à expliquer les ambiguïtés d'une relation qui ont abouti à ce que l'Etat associé à l'UE depuis le plus longtemps (1963) a été exclu du prochain élargissement. Le déficit démocratique et notamment le contrôle des institutions par les militaires, la question de Chypre et des relations avec la Grèce constituent les obstacles politiques majeurs d'une adhésion de la Turquie à l'UE. L'état de l'économie turque ne lui permet pas non plus une intégration dans le marché unique. La poursuite d'une croissance démographique non absorbée par le marché du travail et les turbulences politiques ainsi que le conflit kurde entraînent la continuation d'une forte émigration perçue négativement par les Etats-membres de l'UE. L'auteur montre ainsi que les dirigeants turcs, tout comme leurs homologues ouest-européens n'ont véritablement cherché à développer que les seules relations commerciales UE-Turquie, comme en témoigne l'Union douanière (1996). » (extrait d'un article de Gilles Bertrand, Cemoti, n°25 - janvier 1998).

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com