BiblioMonde

Le Véloce ou Tanger, Alger et Tunis

par Alexandre Dumas

( Livre )
Palimpseste
2006, 524 p., 24 euros

Collection : Singuliers - ISBN : 2915892059


Récit de l'unique voyage d'Alexandre Dumas en Afrique du Nord

Le Veloce est le nom de la corvette dans laquelle s'embarque Alexendre Dumas le 20 novembre 1846 à Cadix. Ce bateau à vapeur de la marine militaire a été mis à sa disposition par le ministère de l'Instruction publique. L'écrivain est accompagné de son fils Alexandre et de plusieurs de ses amis, Auguste Maquet, Giraud, Desbarolles, et Louis Boulanger. Le groupe s'embarque pour l'Afrique du Nord : Tétouan, Mellila, Djemar'Azouat (au Maroc), puis Tunis, Carthage et l'Algérie : Bône, Stora, Philippeville, El Arrouch, Constantine, Smindoux, Blidah et enfin Alger.

« Quinze année après la prise d'Alger, le gouvernement semble soucieux de conforter la position de la France en Algérie, et entend accélérer le processus de colonisation. Les Français de 1846, connaissent mal ces contrées "barbaresques", et les candidats colons se font trop rares. Le gouvernement de Louis-Philippe décide alors une campagne qu'il faut bien appeler de propagande, qui consiste à y envoyer des artistes, des peintres, des écrivains, pour "faire connaître" le pays aux Français, et susciter chez nombre d'entre eux la vocation de colon.  » (extrait de la préface de Jean-Michel Assan)

« On comprend mieux, à la lumière de ces éléments, la version quelque peu édulcorée que l'auteur nous offre de la conquête, et le sentiment de partielle cécité historique que nous procure sa lecture. Dumas insiste sur le caractère insupportable, pour les Européens de l'époque, de l'activité de piraterie à laquelle se livrait Alger, alors sous domination turque. C'est ainsi qu'il explique le blocus et la prise d'Alger. Mais il passe sous silence les motifs du fameux coup d'éventail que le dey d'Alger a donné au consul de Charles X, Deval, et qui a déclenché la guerre : trente ans de dettes impayées de la France à l'Algérie pour ses achats de blé. C'est cet incident diplomatique qui permet à la France de lancer sa conquête... et, si l'on en croit nos historiens actuels, de faire main basse sur un fabuleux trésor. » (Jean-Michel Assan, extrait du site dumaspere.com)

Le but officiel du voyage était bien l'Algérie. Le récit de la première partie de l'itinéraire est décrit dans De Paris à Cadix (publié en 1847). L'allocation alloué par l'État et ses protecteurs étant insuffisante, Alexandre Dumas vend sa propriété littéraire pour financer le voyage qui dure un mois et demi. Missioné pour l'Algérie, il accoste d'abord à Tanger. À Alger, Burgeaud étant absent, Dumas décide de profiter du bateau pour visiter la Tunisie et l''Est algérien. Ce détour lui sera reproché. Il visite notamment Carthage où se trouve le tombeau de Saint-Louis.

« Outre les péripéties du voyage lui-même, l'auteur nous livre quantité d'anecdotes locales et de récits historiques, dont l'histoire de la récente conquête d'Alger par les Français et l'histoire des chasseurs de lions en Algérie. Il nous donne également un aperçu du regard “anthropologique” porté par les Français de l'époque sur les populations d'Afrique. L'ensemble du texte prend la forme d'une correspondance adressée à une dame française connue de l'auteur. » (Jean-Michel Assan)


Dans BiblioMonde

D’autres récits de voyage dans le Maroc ancien

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com