BiblioMonde

Verdi

par Franz Werfel

( Livre )
Actes Sud
Collection Babel
Langue d'origine : allemand (Autriche)
Traduit par Alexandre Vialatte
1993, 331 p., 27.3 euros

ISBN : 2868698247

Le Roman de l'opéra (sous-titre) : une biographie romancée du grand compositeur italien

À l'automne de sa vie, en 1883, Giuseppe Verdi séjourne à Venise. L'inspiration l'a quitté, sa musique semble passée de mode. À en croire la rumeur, il n'est plus qu'un épigone de celui qui, au même moment, dans la même ville, connaît un triomphe : Richard Wagner. il n'en faut pas plus pour que Franz Werfel imagine la rencontre des deux géants, et reconstitue les circonstances qui conduiront Verdi à composer peu après deux chefs-d'oeuvre : Falstaff et Othello. À travers deux musiciens, Franz Werfel confronte deux traditions, presque deux cultures. Et c'est tout l'héritage italien de Verdi que le romancier célèbre, alors même que son propre avenir d'écrivain se trouve menacé par les tenants de l'« âme allemande ». Magnifiquement documenté, ce livre est digne de son séduisant


« Singulier ce roman que Franz Werfel intitula d'un titre banal Verdi, le roman de l'opéra, dont il mit, moins banalement, douze ans à venir à bout, bridé, comme il l'explique dans son avant- propos, par deux choses : la difficulté de romancer une vie d'artiste; la quasi-impossibilité d'emprisonner dans un récit "la geste" de cet homme intraitable, d'un musicien qu'il avait admiré entre tous, dont il avait disséqué l'oeuvre pendant tant d'années et qu'il risquait, il le sentait bien, de laisser épinglé sans vie par son récit.

(…). Mais l'intérêt de ce Roman de l'opéra est qu'il calque ses procédés, son lyrisme, ses coups d'éclat, sur ceux du théâtre chanté. Oui, l'étrange beauté de ce récit vient de ses artifices mêmes : passages conventionnels du monologue aux ensembles brillants à plusieurs voix; personnages trop bien cernés, trop entiers, trop clairs, trop symétriques pour paraître véridiques. Plus que des personnages à proprement parler, ce sont là des "rôles", des archétypes dont se nourrissent, dit-on, les mauvais romans mais qui font les excellents livrets d'opéra. » (extrait d’un article de Reyanne, Le Monde, 3 Juillet 1992)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com