BiblioMonde

Victor Dojlida, une vie dans l’ombre

par Michèle Lesbre

( Livre )
Agnès Viénot
Collection Moisson Rouge
2001, 128 p., 14 euros

ISBN : 2911606760

« Incroyable, poignant et révoltant destin que celui de Victor Dojlida... Né en 1926, ce fils d’ouvriers polonais se rebelle une première fois en entrant à 16 ans dans la Résistance, du côté de Nancy. Ses missions : dynamiter les convois allemands, faire dérailler les trains, attaquer les patrouilles ennemies... Arrêté, il est livré par la Justice française à la Gestapo. Condamné à mort, il doit sa survie à l’intervention d’un officier allemand qu’il a sauvé autrefois de la noyade !

Déporté, il connaît l’horreur de Dachau et Buchenwald. Rescapé de l’enfer des camps, il constate à son retour que le policier et le juge qui l’ont livré sont toujours en place. À coups de poings, il règle des comptes. Puis "braque" une entreprise dont le patron était un "collabo" notoire. Cette justice-là, les autorités françaises n’en veulent pas, encore moins de la part d’un "étranger". Dojlida est condamné à 20 ans de prison.

Commence alors un long périple carcéral, entrecoupé d’une seule année de liberté, et qui durera jusqu’en... 1989. Révolté par les lourdes peines qui s’abattent sur lui, en 1948 et en 1961, Dojlida nourrit une rébellion acharnée contre l’enfermement, multipliant grèves de la faim et tentatives d’évasion, et participant aux mouvements revendicatifs des prisonniers. Lorsqu’à 64 ans il retrouve enfin la liberté, sa vie est derrière lui, volée, irrécupérable. » (présentation de l’éditeur)

« À lire quelques anecdotes savoureuses (et tragi-comiques) de cette vie tumultueuse, on se prend à regretter que l'auteur n'ait pas écrit une biographie plus dense, plus détaillée. Qu'on en juge : le jeune Victor lutte contre l'occupation en dynamitant les convois allemands. avec des grenades qu'il leur a volées ! Un jour, il sauve un homme de la noyade s'avérant être un médecin du IIIe Reich. Victor manque de l'assommer et de le remettre à l'eau. Pas ingrat, l'Allemand lui donne ses coordonnées que Victor jette par terre. L'ami qui l'accompagnait ramasse le bout de papier. Quelques semaines plus tard, Victor est arrêté (sur dénonciation d'un policier français) et condamné à mort. Grâce au fameux médecin, il sauve sa tête (provisoirement). en étant déporté. Il connaît l'horreur de Dachau et de Buchenwald, mais il survit et rencontre le militant communiste Marcel Paul (ami qui restera fidèle jusqu'au bout) avec lequel il va s'évader.

À la Libération, il règle ses comptes à coup de poing avec le flic mouchard (ce qui lui vaut 2 000 francs d'amende et un mois de prison avec sursis), et braque l'entreprise d'un collabo notoire. Les autorités françaises ne rigolent pas avec les "Polaks" (surtout ex-membre des FTP-MOI) : vingt ans de prison. Commence alors un long périple carcéral - au cours duquel il rencontre Charlie Bauer (ami de Mesrine) - qui durera jusqu'en 1989 (bicentenaire de la Déclaration des droits de l'homme), date à laquelle Michèle Lesbre entreprend de lui faire raconter sa vie. À travers le destin de Victor Dojlida, mort en 1997, c'est l'histoire d'une main-d'œuvre immigrée sacrifiée, où l'on évoque également l'insupportable condition faite aux détenus encore aujourd'hui. » (extrait d’un article de Guillaume Chérel , L'Humanité, 30 août 2001)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com