BiblioMonde

Voyage de Magellan

par

( Livre )
Chandeigne
Collection Magellane
2007, 1088 p., 75 euros


La relation de Pigafetta et autres témoignages (1519-1522) : 2 tomes

Le Voyage de Magellan est un ouvrage qui rassemble pour la première fois l’ensemble des sources narratives et cartographiques directes sur ce premier tour du monde, qui fut la plus fascinante des aventures maritimes. Un appareil critique très complet en fait désormais l’édition de référence sur ce sujet. Tout en tordant le cou à nombre d’erreurs et d’idées fausses qui circulaient invariablement sur le navigateur et son voyage, il rassemble, synthétise et pondère les diverses interprétations des grandes énigmes de cette expédition (origines de Magellan, nature du projet, causes de la mutinerie, décès du navigateur, nombre de morts et de survivants). De plus, sur de nombreux points (composition de l’équipage, désertion du San Antonio, traversée du Pacifique, l’escale à Palawan, identification de toponymes, de plantes et d’animaux), il apporte des éléments inédits jusqu’alors qui offrent parfois une nouvelle lecture des événements.

Magellan est le plus connu des navigateurs, son voyage la plus extraordinaire des aventures; cependant, de nombreuses approximations circulent malheureusement dans tous les ouvrages de vulgarisation sur le sujet. Les sources directes sont pourtant relativement nombreuses ; mais, éparses et souvent difficiles d’accès, toujours lacunaires, elles n’avaient jamais été rassemblées.

Il faut rappeler que Magellan avait pour ordre exprès de rejoindre par l’ouest les Moluques et de revenir par la même voie. Il n’a sans doute jamais projeté de faire un tour du monde. Son décès prématuré ne lui permettra pas de le réaliser, et Juan Sebastián Elcano en recevra les honneurs au retour à Séville de la Victoria, seul navire rescapé. L’exploit du navigateur est d’avoir résisté à ses hommes et aux éléments pour découvrir le détroit sud-américain qui portera son nom, et d’avoir traversé pour la première fois le Pacifique. Ce faisant, il n’a pas voulu prouver que la Terre était ronde – connaissance acquise depuis les Grecs –, mais il a montré qu’elle était circumnavigable, ce qui n’est pas la même chose...

La traversée du Pacifique fut très longue et éprouvante : plus de trois mois sans toucher terre. La surprise de Magellan ne fut pas de découvrir un océan aussi vaste, mais de naviguer sur une mer déserte. Par chance, grâce à l’ingestion d’un puissant anti-scorbutique récolté dans le détroit de Magellan, le nombre des décès fut très faible.

Parvenu aux Mariannes, puis aux Philippines, Magellan surprend alors par son comportement : au lieu de se diriger droit sur les Moluques, comme les instructions royales l’exigeaient, il remonte vers le nord, erre d’île en île, et désobéit une nouvelle fois aux ordres en combattant les indigènes de l’île de Mactan. Dans cet épisode, Magellan trouve une mort que l’on qualifierait aujourd’hui d’« idiote ». Mais ne l’a-t-il pas provoquée sciemment ? A-t-il compris à ce moment qu’il n’était déjà plus dans l’hémisphère espagnol, que son voyage était un échec et qu’il ne pouvait rentrer ni chez lui, où il était un « traître », ni en Espagne après avoir maté dans le sang une mutinerie sur la côte patagonique ? Ou bien cherchait-il simplement à affermir les liens politiques avec les souverains de la région, voire à conquérir des domaines dont la gouvernance lui serait revenue ? Quoi qu’il en soit, la confrontation des sources et des commentaires s’avère passionnante sur ces questions cruciales qui n’auront jamais de réponses définitives...

Rappelons enfin que sur les 237 marins embarqués sur les quais de Sanlúcar, à bord de cinq navires, 90 revinrent vivants : 55 sur le San Antonio, dont l’équipage déserta dans le fameux détroit, et 35 qui firent effectivement le tour du monde; les autres moururent en route ou disparurent dans les îles de l’Extrême-Orient. Parmi ces survivants, les principaux furent interrogés par des juges ou des chroniqueurs qui transcrivirent leurs déclarations ; certains laissèrent de brefs récits manuscrits.

C’est l’ensemble de ces textes qui sont ici publiés, accompagnés des cartes de l’époque et d’une riche iconographie.



Ouvrage publié avec le concours du Centre national du Livre et de la Fondation Calouste Gulbenkian.

Édition établie par Xavier de Castro, éditeur de nombreux livres sur les voyages de découverte et responsable de plusieurs volumes parus dans la collection Magellane (Chandeigne), et de Carmen Bernand, historienne du monde hispanique - avec la collaboration d'éminents spécialistes, tels Luís Filipe Thomaz, José Manuel Garcia, Jean-Paul Duviols et d'une équipe de traducteurs (Jocelyne Hamon, Ilda Mendes dos Santos, Anne-Lise Darras-Worms, etc...)


Dans BiblioMonde

Magellan : la terre est ronde


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com