BiblioMonde

Xavier Coppolani, fils de Corse, homme d'Afrique

par

( Livre )
Harmattan (L')
2005, 212 p., 20.5 euros

Auteur : Roger Coppolani - ISBN : 2747592898

Une biographie, un peu magnifiée par son petit-neveu, du fondateur de la Mauritanie dans le cadre de la colonisation française

L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le « pacificateur » (ou le conquérant) de la Mauritanie. Arabisant et islamisant, Xavier Coppolani (1863-1905), conçoit une doctrine d'expansion coloniale dont les idées-forces sont le respect de l'autre dans sa culture et ses mœurs, qu'il applique en 1898 et 1899, au cours d'une mission au Soudan français. Il est à l'origine de la création au Sahara occidental un territoire dont il définit les limites et qu'il appelle la Mauritanie et dont l'administration lui sera confiée. Il en est le fondateur.


« Il se sent investi par cette mission civilisatrice. Dès lors, il va mettre toute son ambition, et Dieu sait qu’elle est grande, à son service. Pour se faire, en plus de la langue et du droit, il va étudier dans ses moindres recoins la religion musulmane. En 1897, il co-écrit " Les confréries religieuses musulmanes ", un exposé exhaustif de la situation religieuse en Afrique et se fait remarquer en hauts lieux. Son idée maîtresse : ce n’est pas l’islam qui empêche la colonisation française, mais toutes les " confréries " (sortes de sectes) qui se font les intermédiaires entre Dieu et les fidèles et qui, de ce fait, les exploitent et les fanatisent. Selon lui, la coexistence pacifique entre les deux populations, islamique et chrétienne, est possible, à condition de réduire l’influence des " moines musulmans ". Le tout de manière pacifique.Car Xavier n’est pas un militaire. Lui privilégie la persuasion par la parole plutôt que la persuasion par le fusil.
Cette idée, il l’applique avec succès au cours d’une mission au Soudan. Insatiable, il veut la prolonger au Sahara occidental, vaste étendue à peine civilisée…Waldeck-Rousseau, le Président du conseil, lui accorde sa confiance. Xavier Coppolani dessine alors les frontières de son futur terrain d’action qu’il nomme Mauritanie, sans doute en hommage à l’ancienne province romaine, Mauretania, " pays des Maures ". Mais à en juger par le tracé rectiligne, on peut penser qu’il a fait fi de cette histoire millénaire et des ses traditions locales en matière de délimitations…
Reste ensuite à pacifier le pays, qui n’est qu’un agrégat de tributs nomades, souvent désunies et pas toujours bien disposées à l’égard des envahisseurs civilisés. Courageux, habile (on le surnomme " le charmeur ") et têtu, Xavier Coppolani obtient quelques résultats probants en 1898 et 1905, mais il est assassiné à Tidjikdja, par ceux qui sont gênés dans leur trafic d’armes et d’esclaves. Finalement, la région ne sera vraiment pacifiée qu’en 1934 et deviendra autonome en 1960. Le tombeau de Xavier Coppolani lui est encore debout, dans la ville même où il fut assassiné et une plaque commémorative a été érigée à Marignana. » (Luc Mondoloni, France 3-Corse)

Dans BiblioMonde

D’autres livres sur la Mauritanie coloniale

Notre dossier sur la Mauritanie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com