BiblioMonde

Sagesse du fou (La), ou, Mort et transfiguration de Jean-Jacques Rousseau

par Lion Feuchtwanger

( Livre )
Fayard
Collection Littératures étrangères
Langue d'origine : allemand
1999, 377 p., 23 euros

ISBN : 2213603006

« Depuis sa découverte des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, le marquis de Girardin, propriétaire du château d'Ermenonville, applique à la lettre les principes du philosophe : il instruit son fils Fernand, jeune aristocrate enflammé, selon les principes d'éducation du roman Emile; dans sa propriété d'Ermenonville, il crée un paysage ressemblant à s'y méprendre à celui décrit dans la Nouvelle Héloïse ; et les innovations politiques réclamées dans le Contrat social retiennent toute son attention. Aussi quelle n'est pas sa jubilation lorsque Jean-Jacques Rousseau en personne, son épouse et sa belle-mère acceptent de venir habiter le pavillon qu'il a fait aménager dans le parc de son château ! La présence de son "maître vénéré" est une chance inespérée pour le jeune Fernand. Mais bientôt, un doute à propos de la bonne foi de Rousseau le tourmente : il est troublé par le contraste entre la capacité du grand homme à percer à jour avec une extraordinaire acuité le cours du monde et son incapacité à percevoir rationnellement son environnement proche... Lion Feuchtwanger nous livre ici une sorte de roman policier psychologique, assorti d'une large perspective historique qu'il n'hésite pas, pour renforcer son propos, à ponctuer d'inexactitudes, menant au passage une réflexion sur un thème universel : une philosophie est bien différente dans la théorie et dans la pratique, et il faut beaucoup de sang et d'horreurs pour inscrire une idée sublime dans la réalité. » (présentation de l’éditeur)

« Dans La sagesse du fou, où il tente entre autres de comprendre les événements de son époque à travers les intellectuels de la Révolution française, Feuchtwanger déploie généreusement les qualités de conteur et d'observateur que l'on trouve dans ses romans historiques. On y découvre aussi que le polar psychologique ne date pas d'aujourd'hui. Installé à Ermenonville, dans la propriété du marquis de Girardin qui reproduit pieusement le paysage de La nouvelle Héloïse, Jean-Jacques Rousseau meurt subitement dans des conditions mystérieuses. A qui profite le crime ? Pendant que Jean-Jacques philosophait avec Fernand, le fils de la maison éduqué selon les principes d'Emile, sa compagne, Thérèse Levasseur, une grosse loche placide, le trompait sous l'égide rapace de sa maquerelle de mère. Ses amants : Fernand, le disciple éperdu, mais aussi Nicolas, un palefrenier bestial qui attendait son heure...

Pour la vérité historique, Feuchtwanger ne s'encombre pas de scrupules. Il prétend même que les contrevérités bien ordonnées servent l'authenticité de son propos. Plus Fernand aime Thérèse, plus il est consterné : comment son grand homme, ce visionnaire universel pouvait-il s'aveugler sur sa compagne ? Encore un couple mal assorti dont le romancier excelle à percer le mystère, dans la tourmente d'une société moribonde. La Terreur approche. "Vous vivrez votre belle révolution, dit un des personnages, mais vous n'y survivrez pas. Vous irez à la guillotine au nom de Diderot, Voltaire et Rousseau." » (extrait d’un article de Lili Braniste, Lire)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com