BiblioMonde

Sur la frontière

par Michel Warschawski

( Livre )
Hachette
Collection Pluriel
2004, 312 p., 9.2 euros
Première édition : Stock - 2002
Série : Actuel - ISBN : 2012791689

Dans cet ouvrage, Michel Warschawski raconte son parcours, son engagement. Il y mêle analyses précises et lucides des évolutions politiques israéliennes et évocation d'amitiés ou d'émotions ressenties dans les combats partagés. Il puise ses références dans la tradition talmudique, dans l'histoire du socialisme révolutionnaire et donne l'esquisse d'une synthèse possible au-delà du sionisme. Et lorsqu'il évoque les déceptions d'après Oslo, il ne manque pas d'affirmer son espoir qu'une paix juste puisse un jour s'imposer dans cette partie du monde.

« Les trente-cinq dernières années de ma vie ont été une longue marche sur la frontière, ou plutôt sur les différents frontières où se côtoient Israéliens et Arabes, Israéliens et Palestiniens, mais aussi Juifs d'Orient. Des frontières qui s'entrecroisent et parfois se superposent, plus au moins perméables, plus ou moins infranchissables. »

« Tout fier d’être israélien, je promène ce groupe d’Alsaciens dans les rues d’une ville étrangère où je me sens non seulement chez moi, mais véritablement propriétaire des lieux. Et c’est à ce moment que je vois le regard soumis et humilié du commerçant arabe, à qui j’essaie de marchander une peau de mouton avec l’arrogance de tous les colons du monde. Comme un coup de poing en pleine figure, je prends conscience que cette fois l’opprimé c’est lui et que, moi, je me trouve de l’autre côté de la frontière, celui où se trouvent les forts, où se trouve le pouvoir. Et cette place je refuse de l’assumer, immédiatement, spontanément. Cette réaction n’avait rien d’idéologique ou de politique; je continuais à croire que les Arabes étaient responsables de la guerre et les Israéliens dans leur bon droit. Mais de là à accepter d’être un occupant, je n’étais pas prêt à faire le pas : ma compassion allait, tout naturellement, vers l’occupé. J’ai eu la chance, dès ce soir-là, de trouver un soutien auprès de mon père, qui me dit : "Toute occupation est mauvaise et corrompt moralement ceux qui y prennent part, prions le ciel pour que celle-ci se termine le plus vite possible. »


« Le projet sioniste a cru que la rédemption de l’existence juive ne serait possible qu’en rompant avec notre passé juif et en tournant le dos à notre environnement arabe. Au contraire, ce n’est qu’en retrouvant ses racines juives et en s’ouvrant à la dimension arabe de son identité et de son environnement que la société israélienne pourra enfin construire sa vie dans la normalité et projeter l’avenir de ses enfants avec sérénité. » (extraits de l'ouvrage)





____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com