BiblioMonde

Essaouira Mogador, parfums d'enfance

par

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES
 ;

Cette ville du littoral atlantique marocain s’est d’abord appelée Amogdul (du nom du saint berbère, parton de la cité, Sidi Mogdoul) que les Portugais ont déformé en Mogdoura et les Français en Mogador.

Au XVIe siècle la ville était portugaise. Au milieu du XVIIIe siècle, le sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah décide d’en faire une base navale, rivale d’Agadir. Il charge un ingénieur français, Théodore Cornut, de concevoir une ville nouvelle. Celui-ci en fait une ville aux rues rectilignes, entourée de fortifications, semblables à celles que Vauban avait bâties en France, notamment à Saint-Malo. Ce modèle frappa les imaginations à tel point que la ville fut baptisée du nom arabe Es-Soueira (le petit tableau) qui est devenu son nom officiel : Essaouira. Le sultan favorisa sont peuplement, la cité fut vite cosmopolite, avec une forte communauté juive, des européens, des Noirs du Sénégal est des représentants de toutes les tribus qui peuplent le Maroc.

Station blanéaire des Marrakchis, Essaouira est aujourd’hui une cité touristique à la mode attirant des artistes, des écrivains marocains comme européens ou américains.

Bibliographie

Essaouira

Esssaouira, cité heureuse

Essaouira Mogador, parfums d'enfance

Essaouira et sa marqueterie de thuya

 Esquisses pour Essaouira  de J.F Robinet (Traces du Présent 1996)

 Une cité sous les Alizés, Mogador des origines à 1939  de Hamza Ben Driss Ottmani (La Porte, 1997)

 Essaouira  d'Edmond Amram El Maleh (Autrement, 1985)


Sur la Toile

Le site de l'office du tourisme

Le festival Gnaoua d'Essaouira



 
© BiblioMonde.com