BiblioMonde

L'eau dans le monde, les batailles pour la vie

par Yves Lacoste

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES
.

« Pourquoi est-il question de batailles de l’eau ? D’abord parce que dans un très grand nombre de pays, même dans des contrées assez verdoyantes qui ne semblent pas touchées par la sécheresse, l’eau est de plus en plus considérée comme un bien rare. Parce que la population des villes du Tiers-Monde augmente considérablement et parce que dans les villes et plus encore dans celles des pays riches, la consommation en eau par habitant s’accroît beaucoup. Aussi les hommes doivent-ils faire de très grands efforts pour en trouver et pour la conserver. Ils doivent en quelque sorte se battre contre la nature, pour aller capter l’eau dans les profondeurs du sol, pour construire des barrages au travers des vallées afin de stocker l’eau, pour creuser des canaux et détourner les cours d’eau vers les villes où on en a le plus besoin, afin d’éviter qu’une eau de plus en plus précieuse aille se perdre inutilement dans la mer où le sel la rend inutilisable.

Mais les batailles de l’eau ne sont pas seulement menées contre la nature. Il s’agit aussi de luttes entre les Etats qui cherchent à étendre leur territoire pour atteindre le cours d’un grand fleuve et le détourner à leur profit. Un État, comme la Turquie par exemple, qui a sur son territoire une grande chaîne de montagnes, le Taurus, y a construit des barrages pour que les eaux de fonte des neiges ne s’écoulent pas tout de suite dans la plaine au profit d’Etats voisins. Ceux-ci protestent car ils se sentent menacés d’être privés de cette eau. Dans certains grands pays, comme aux Etats-Unis, l’eau des montagnes ou de régions faiblement peuplées, suscite les convoitises des grandes villes qui sont en concurrence pour cette ressource rare. Elles font construire de grosses et très longues canalisations pour atteindre les ressources en eau dont elles ont besoin. Mais les mouvements écologistes s’opposent à la réalisation de ces travaux hydrauliques et notamment à la construction des barrages. C’est aussi un problème géopolitique.

Il y a donc des batailles pour avoir de l’eau, mais il y a aussi des batailles contre l’eau. Elles sont menées chaque année par des millions d’hommes. En effet dans certains pays, l’eau à certaines saisons devient un très grand danger. Sous l’effet des très grandes pluies de la mousson, les fleuves ont des crues terribles qui balaient tout sur leur passage. Elles arrachent les ponts, renversent les maisons et provoquent la mort de milliers de personnes. En Chine, en Inde, en Asie du Sud-est les cours d’eau qui descendent de hautes montagnes soumises à l’érosion, ont pour la plupart tellement d’alluvions que celles-ci encombrent et exhaussent les lits des fleuves. Ceux-ci coulent donc sur une sorte de remblai au-dessus de la plaine et ils s’y déverseraient en noyant les habitants, si ceux-ci n’avaient pas édifié des digues en terre sur chaque rive. Mais il arrive que ces digues se rompent sous la pression de la crue. C’est alors une véritable bataille contre l’eau qu’il faut mener, en essayant de boucher les brèches des digues par des sacs de terre, pour sauver les villages et les villes de la submersion. » (Yves Lacoste, extrait d’une conférence donnée à la Cité des Sciences, mars 2003)





 
© BiblioMonde.com