BiblioMonde

Bob Marley, destin d'une âme rebelle

par Francis Dordor

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES


« "Quelle est la différence entre Bob Marley et les autres chanteurs ?" demandait un jour le rappeur haïtien Wyclef Jean. «Les autres ignorent ce que c'est que de vivre avec un toit qui fuit et de l'eau qui tombe dans la maison. Ils ne savent pas comment cuisiner sans four à micro-ondes, ou faire un feu pour cuire du poisson péché dans l'océan.» C'est vrai, Bob Marley venait du monde de l'extrême pauvreté où avoir une maison est une aubaine, et manger à sa faim, une bénédiction. Il s'en est évadé avant qu'il ne soit trop tard, avant que la haine et la violence qui suintent des plaies de la misère ne l'ensevelissent. Il a converti l'ordure en or, fait du ghetto le lieu de tous les possibles, changé une musique de gueux, le reggae, en langage universel. On peut parler de révolution. Du Bronx aux faubourgs de Manille, des bidonvilles de Port-au-Prince à ceux de Nairobi, des quartiers sensibles de Buenos Aires à ceux de la périphérie parisienne, son exemple a été suivi. Son art fait source. Sa pensée est lumière. Autant sa vie fut brève, trente-six ans, et sa gloire, fulgurante, autant son héritage, immense, est en continuelle expansion. Depuis sa mort, le 11 mai 1981, sa musique n'a cessé d'être jouée, reprise, adaptée partout dans le monde. Son image, reproduite sur tous les supports, du simple tee-shirt au briquet en céramique, contribue à entretenir un merchandising qui n'est jamais en rupture de stock. Quant à son nom, il rayonne dans l'inconscient collectif de tous les peuples, entre ceux de Che Guevara, de Martin Luther King, du Mahatma Gandhi et de John Lennon. Ce destin hors du commun, ce livre vous le raconte avec une intention particulière. Car, le temps aidant, la vie de Bob Marley s'est peu à peu modifiée à la lumière des événements pour constituer une sorte d'évangile des temps modernes. Les faits de son existence se sont chargés d'une aura messianique. Les paroles de ses chansons semblent commenter notre présent.

Les choses ont beaucoup changé depuis sa mort. Elles se sont accélérées. Le monde s'est rétréci sans toutefois devenir plus uni. Il est plus chaotique et violent. Je pense que, s'il revenait, Bob Marley ne serait pas étonné. Tout l'autoriserait même à se vanter d'avoir annoncé les grands bouleversements auxquels nous assistons. Certaines de ses chansons nous semblent plus proches et plus pertinentes aujourd'hui qu'elles ne l'étaient de son vivant. Tant pour leur caractère prophétique qu'en raison de l'émotion particulière qu'elles dégagent, où bienveillance, humanisme et indignation tentent de faire barrage à la détresse ou au cynisme qui nous gagnent souvent dans la difficulté. Bob Marley avait un don unique, celui de pouvoir évoquer les grands sujets à hauteur d'homme et de faire d'une chanson d'amour une chanson politique -, d'ouvrir une large perspective sur une réalité à partir d'un point de vue particulier. Évoquer le désespoir de ceux qui vivent sans ressource lui était plus aisé qu'à d'autres. Cela faisait partie de son vécu. Comme le soulignait Wyclef Jean, il savait ce que vivre dans un taudis signifie. Encore fallait-il pouvoir traduire cette expérience en musique de manière à la faire ressentir à un large public. Si ce livre a pour tâche de raconter une épopée, d'explorer une oeuvre dans ce qu'elle a de plus intime et de plus universel, il s'attache naturellement à sonder cette sensibilité étonnante qui fut la sienne. Sensibilité d'un humanisme profond, d'une religiosité pleine de ferveur, qui le tenait si éloigné du monde futile et éphémère du divertissement, lui qui accéda pourtant au statut de rock star. C'est un trait tout à fait singulier de sa personnalité que cette compréhension de la destinée humaine, que l'usage de ce «troisième oeil» grand ouvert sur la souffrance universelle semblable à celui dont Victor Hugo parle dans Les Misérables : «La pupille se dilate dans la nuit et finit par y trouver du jour, de même que l'âme se dilate dans le malheur et finit par y trouver Dieu.» Bob Marley était indissociable du mystique et du croyant, lancé dans une mission évangélique et qui avait ancré en lui la certitude que le devenir de chaque homme passe par l'insertion de son moi dans l'ordre universel où règne ce «moi absolu» qui s'appelle Dieu. » (extrait de la préface)


Ce livre, remarquablement écrit, où l'érudition historique et la précision factuelle le disputent à une constante vibration poétique, est sans doute celui qui approche au plus près la complexité humaine et artistique de Marley, qui analyse avec la plus grande finesse la transfiguration progressive de Marley en une figure quasiment prophétique, dont l'influence ne semble pas devoir s'estomper. (Bernard Loupias, Le Nouvel Observateur, 5 mai 2011 )



 
© BiblioMonde.com